Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

Les Etats généraux de la jeunesse se tiendront du 15 au 18 novembre 2017 à Ouagadougou sous le thème : « quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? ». Smaïla Ouédraogo, ministre en charge de la jeunesse était face à la presse ce lundi 6 novembre 2017 pour expliquer l’intérêt de la tenue de cet espace de dialogue.

L’ex ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry, devait être reçu dans  l’émission «Sur la brèche» de la télévision nationale le dimanche 5 novembre. Mais contre toute attente, ladite émission a été annulée. Interpellé par les journalistes sur le sujet à l’occasion de la passation de charge au ministère ce lundi 6 novembre 2017, Tahirou Barry dit ne pas comprendre lui-même ce changement de dernière minute. Et il n’y va pas du dos de la cuillère.

Les comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) avec le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) et plusieurs autres organisations démocratiques ont ont battu le pavé ce samedi 4 novembre 2017 à Ouagadougou.  Objectif de ce mouvement d’humeur de la dizaine d’organisations : déplorer la lenteur constatée dans le traitement des dossiers de crimes économiques et de sang pendant à  la justice et sonner la mobilisation des filles et fils du Burkina.

Plusieurs convives ont répondu à l’invitation de Mohamed Ainseur, ambassadeur d’Algérie au Burkina Faso, à l’occasion de la commémoration du 63e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale. C’était dans la soirée de ce vendredi 3 novembre 2017, à Ouagadougou et dans une ambiance festive et de convivialité que les verres ont été levés pour saluer la mémoire des pionniers de l’indépendance algérienne. Une occasion saisie par le diplomate algérien pour réaffirmer sa satisfaction, quant à la qualité des relations entre son pays et le Burkina Faso.

Une délégation interministérielle  conduite par la Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille Laure Zongo / Hien a présenté le 24 octobre dernier à Genève, le 7è rapport périodique du Burkina Faso sur la mise en œuvre de la convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
Une si longue journée au cours de laquelle, Laure Zongo / Hien et son équipe ont du passer à travers le feu roulant des questions de la vingtaine d'experts indépendants venant du monde entier.

Dans ce communiqué, les membres du Caucus des cadres pour le changement (3C), réaffirment leur soutien total et indéfectible à la direction de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et à son président Zéphirin Diabré. Pour le caucus, le président de l’UPC est visiblement l’homme à détruire par le parti au pouvoir dans la perspective des élections de 2020 en même temps que d’autres potentiels candidats comme les généraux Yacouba Isaac Zida et Djibril Bassolé.

Lors d’une conférence de presse donnée ce 2 novembre 2017 à Ouagadougou par le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le cas de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef de l’Etat, et de Yacouba Isaac Zida, le Premier ministre de la transition en exil au Canada est revenu sur la table.

Le 31 octobre dernier, le Burkina Faso a commémoré l’an III de l’insurrection populaire d’octobre 2014.  Le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) estime que les procédures contre des dignitaires civils et militaires du régime déchu «ne semblent pas avoir beaucoup avancées». Donc, le MBDHP appelle une fois de plus à la mobilisation générale et au resserrement des rangs dans la lutte contre l’impunité le samedi 4 novembre prochain à la place de la Nation. L’information a été donnée ce jeudi 2 novembre au cours d’une conférence de presse tenu à son siège à Ouagadougou.

L’ancien président burkinabè Michel Kafando séjourne discrètement dans la capitale burundaise pour une nouvelle mission de bons offices.

L’armée nationale burkinabè a commémoré ce mercredi 1er novembre 2017 le 57e anniversaire de sa création. Placée cette année sous le thème : « l’armée et la nation, solidaires face aux défis sécuritaires du moment », la célébration a connu son apothéose ce mercredi à la place de la Nation de Ouagadougou par le cérémonial officiel de prise d’arme et de décoration sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, chef suprême des armées.

«Les partis politiques membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ont tenu une réunion extraordinaire le lundi 30 octobre 2017 au siège du CFOP, à Ouagadougou. Présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, la réunion avait les points suivants inscrits à son ordre du jour :

Déjà trois ans que des fils et filles du "pays des Hommes intègres" sont tombés pour la défense de leur patrie. En ce jour mémorable, une cérémonie officielle d’hommage a été organisée ce 31 octobre 2017, à Ouagadougou par le gouvernement. C’était en présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, des membres du gouvernement et d’illustres personnalités.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé