Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

C’est ce mercredi 30 août 2017, que s’est refermée à l’Assemblée nationale, la session spéciale ouverte le lendemain du décès du président Salifou Diallo. Ce fut l’occasion pour le 1er vice-président de cette institution, de saluer « l’esprit de cohésion » qui a prévalu entre les députés, durant les obsèques de leur président.

Le successeur du défunt président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, sera connu le vendredi 8 septembre 2017. C’est cette date qui a été choisie par la représentation nationale pour élire le nouveau président du parlement. Dans cette optique, le 1er vice-président, Me Bénéwendé Stanislas Sankara a procédé à l’ouverture, dans la matinée de ce jeudi 31 août 2017, de la troisième session extraordinaire de l’année 2017.

Le Syndicat national des greffiers (Synag) et le Syndicat des greffiers du Burkina (SGB) sont en grève jusqu’à nouvel ordre. Cet arrêt de travail fait suite à l’arrestation et l’incarcération du greffier en chef, chef de greffe du Tribunal de grande instance de Koudougou. Ce dernier serait poursuivi essentiellement pour concussion portant sur la somme de cinquante mille francs CFA.

La 1ère région militaire du Burkina Faso a un nouveau commandant : il s’agit du colonel Gilles Bationo qui tient désormais les rênes de cette région militaire, remplaçant ainsi le colonel-major Jean Calvin Traoré. La cérémonie de passation de commandement a eu lieu ce mardi 29 août 2017 à Kaya, dans la région du Centre-nord, en présence de la hiérarchie militaire et des autorités de ladite région.

Il se tient du 29 au 31 août 2017, à Ouagadougou, une réunion de Coordination sur la mise en place d'un mécanisme de veille et d'Alerte précoce de l'UEMOA (MeVap). La cérémonie d'ouverture a été présidée par le Ministre d'Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré.

Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé ce mardi qu'il se rendrait prochainement dans la capitale du Burkina Faso, notamment pour parler de la crise migratoire.

La population de la ville de Ouahigouya et de l’ensemble de la région du Nord ont rendu, ce vendredi 25 août 2017, un dernier hommage à leur «fils» Salifou Diallo, décédé le 19 aout dernier à Paris. C’était cours d’un cérémonial à la place de la Nation de la ville natale du président de l’Assemblée nationale, sous les regards du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et de son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou.

Le peuple burkinabè a rendu un dernier hommage national au président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo ce jeudi 23 août au palais des Sports de Ouaga 2000. Il a d’abord reçu les honneurs militaires, puis il a été élevé à la dignité de Grand-Croix de l’ordre national. Une cérémonie d’hommage marquée par plusieurs allocutions et rehaussée par la présence des chefs d’Etats de la sous-région, notamment Mahamadou Issoufou du Niger et Alpha Condé de la Guinée.

Décédé à Paris le 19 août dernier, Salifou Diallo, porté au perchoir de l’Assemblée nationale du Burkina Faso le 30 décembre 2015, sera conduit à sa dernière demeure ce vendredi 25 août dans sa ville natale de Ouahigouya. Militant ancré à gauche depuis son adolescence, ce redoutable et virevoltant homme politique, titulaire d’un doctorat en droit public international, a été de tous les combats dans son pays. Dans l’interview qu’il nous a accordée au lendemain des cent premiers jours d’exercice du pouvoir par Roch Marc Christian Kaboré à la tête de l’Etat — et que nous mettons à nouveau en ligne pour lui rendre hommage —, le désormais défunt président de l’Assemblée nationale évoque, entre autres, la question des koglweogo et le passage à une Ve République.

Les députés de la 7e législature de la IVe République ont rendu ce jeudi 24 août 2017 un ultime hommage à leur président, Salifou Diallo décédé le 19 aout dernier à Paris. Tour à tour, ils se sont inclinés devant la dépouille mortelle de l’illustre disparu avant son transfèrement au Palais des sports de Ouaga 2 000 pour l’hommage national.

La dépouille du président de l’Assemblée Nationale, Salifou Diallo, décédé le 19 août dernier à Paris en France, est arrivée à Ouagadougou ce mercredi 23 août 2017. D’imminentes personnalités politique d’ici et même d’ailleurs, des présidents d’institutions, des représentants diplomatiques, des acteurs de la société civile et du monde des affaires, ses camarades politiques, parents, amis et proches y compris ses pairs de l’Assemblée Nationale, ont notamment effectué le déplacement de l’aéroport de Ouagadougou pour accueillir la dépouille de la deuxième personnalité du Burkina Faso.

Les forces armées nationales ont un nouveau champ de tirs, logé au sein du camp militaire Général Bila Zagré de Kamboinsin. Gracieusement offert par la République de Chine Taiwan dans le cadre de la coopération militaire, ce champ de tir, d’un coût estimé à plus de 524 millions de FCFA, doit permettre de renforcer les capacités opérationnelles des personnels des forces armées nationales. La cérémonie inaugurale a eu lieu ce mercredi 23 août 2017 à Kamboinsin.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé