Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

POLITIQUE

Depuis ce matin, les éléments du Groupement de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Wayalghin observent un mouvement d’humeur lié à la question du service payé. Suite à ce mouvement d’humeur, l’Union police nationale, à travers un communiqué, appelle l'autorité politique à régler le problème de toute urgence.


« Militants et sympathisants de l'Union Police Nationale (UNAPOL)

Le bureau national de l'Unapol note avec consternation une détérioration du climat social lié à la question du service payé. En effet, ce matin, un mouvement d'humeur qui n'est autre que la suite logique du mouvement du mois précédent a repris au sein de la Compagnie républicaine de sécurité de Ouagadougou. Sans être l'instigateur de ce mouvement, l'Unapol comprend et soutient ce mouvement pacifique et discipliné qui ne vise que la sécurisation des services privés.

En effet, lors des différentes rencontres avec le ministre de la Sécurité, celui-ci a toujours donné la garantie que la transparence serait faite autour des contrats régissant ces prestations. Ce fut la condition pour que les policiers acceptent de prendre le service payé du mois précédent.

Un mois plus tard, c'est le statu quo autour de la question, refus total de la hiérarchie de communiquer sur lesdits contrats. Pire, elle estime que la sécurité de certaines sociétés minières s'exécute sur la base de contrats verbaux et que la sécurité est gratuitement assurée à certaines sociétés privées.

Les policiers n'ont jamais refusé et ne refuseront sous aucun prétexte d'assurer le service public pour lequel ils ont été recrutés. Cependant, ils refusent d'assurer le service privé pour enrichir quelques individus.

L'Unapol, fidèle à sa mission de défendre les intérêts matériels et moraux des policiers, appelle l'autorité politique à régler le problème de toute urgence au lieu de verser facilement dans les tentatives d'intimidation et de vengeance dont certains sont coutumiers.

L'Unapol appelle l'ensemble des policiers à la solidarité envers les éléments du camp dans cette épreuve car ce problème n'est pas spécifique à ce seul service.

Pour le policier, l'Unapol ne lâche rien ! »

Le secrétariat à la communication et aux relations extérieures


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir