Aujourd'hui,
URGENT
Gendarmerie : nommé chef d'Etat major il y a quelques jours, le colonel Tapsoba Omer a pris officiellement les commandes ce mardi 23 mai.
Bobo: le personnel de l'hôpital Sanou Souro en arrêt de travail pour protester contre l'agression d'un infirmier par un accompagnant de
Ramadan: l'observation du croissant lunaire marquant le début du jeûne prévue pour le 26 mai à la grande mosquée de Ouagadougou (FAIB).
Burkina : un piratage de masse de sites web du gouvernement burkinabè en cours (Lefaso.net)
Burkina : onze sites du gouvernement déjà tombés entre les mains de pirates (Lefaso.net)
Sissili: deux Koglwéogo tués jeudi à Silly, 24 de leurs engins incendiés lors d’un affrontement avec des bandits (AIB)
Ouaga: Des étudiants ont manifesté ce vendredi 19 mai devant le palais de justice pour exiger la lumière sur l’assassinat de Dabo Boukari
New York : la communauté burkinabè à nouveau dans la rue ce samedi 20 mai pour dénoncer l'agression de Souleymane Porgo et Faride Guiré.
Nobéré: six personnes tuées jeudi soir et 14 autres blessées dans un accident impliquant un minibus et un camion.
Mali : deux soldats burkinabè blessés lundi dans une nouvelle attaque du super camp de la Minusma à Tombouctou (Radio Oméga).

POLITIQUE

En vue de créer un cadre de conscientisation des masses populaires sur leurs droits civiques et de promouvoir la recevabilité des décideurs publics, le Groupe de réflexion et d’action pour le développement économique et social (GRADES), en collaboration avec certaines organisations sœurs de la société civile de Bobo-Dioulasso, organise du 20 mai au 12 août 2017 des forums publics dans différents quartiers de la ville de Sya. C’est un projet dénommé Da sago sou, qui signifie en langue nationale Dioula «la nuit de la parole libre ». Le projet a fait l’objet d’une conférence de presse dans la matinée du jeudi 18 mai à Bobo même.


Il s’agit concrètement de cinq grands forums nocturnes suivis de prestations de spammeurs et qui seront répartis dans cinq espaces populaires de la ville de Bobo- Dioulasso. Ces tribunes, selon le coordonnateur du projet, Youssouf Nyamba, donneront la parole aux populations et aux structures militantes de la société civile locale pour échanger autour des problèmes de développement, des droits humains et de gouvernance.

« A l’issue de ces différentes soirées que nous souhaitons être des moments forts de promotion des droits humains et de la liberté de pensée, nous nous attendons à la création d’une masse  critique locale éclairée sur la connaissance des droits du citoyen, à la consolidation de la recevabilité de nos décideurs publics et à la prise en compte par eux des besoins réels de nos populations », a expliqué le coordonnateur du projet Youssouf Nyamba au cours de la conférence de presse de ce jeudi matin.

Youssouf Nyamba dénonce un « retour des mauvaises manières de faire de la classe politique » burkinabè. C’est cette situation préoccupante qui a valu l’initiative de Da sago sou, a-t-il dit. Par ces forums nocturnes, «  nous voulons contribuer à l’éveil d’une conscience politique des femmes et des jeunes à travers la promotion des droits des individus et des peuples ainsi que la liberté d’expression et de penser », a signifié Youssouf Nyamba.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir