Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

POLITIQUE

En début d’après-midi de ce vendredi 7 juillet 2017, le ministre en charge de la Justice, René Bagoro était face aux médias. Avec à ses côtés son homologue de la Communication, Rémi Dandjinou, Alioun Zanré Commissaire du gouvernement au tribunal militaire et Sita Sangaré, Directeur de la justice militaire. Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Protection civique avait pour ambition de communiquer sur l’avis du Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies concernant la détention du général Djibril Bassolé. De cette conférence de presse, l’on retient qu’il s’agit ici juste d’un avis et non d’une injonction.


Le gouvernement burkinabè demande de laisser la justice faire son travail. Et en aucun cas, «conformément à la constitution, aux engagements contractés dans le cadre du pacte national pour le renouveau de la justice et à ses engagements internationaux, on ne peut et ne doit s’immiscer dans le fonctionnement de la justice», martèle le garde des sceaux.

Cette sortie de René Bagoro intervient après que le Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies a rendu public son avis sur la détention de Djibril Bassolé.  Qualifiant cette détention d’arbitraire, le groupe de travail demandait à l’Etat Burkinabè de libérer immédiatement le général Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées.

Le ministre burkinabè de la Justice explique que, pour donner son avis, le groupe de travail s’est basé sur les faits que «M. Bassolé était un gendarme mis en disponibilité de sorte qu’il avait retrouvé son statut de civil au moment des faits en cause. Dès lors, il devrait être soumis à la justice civile et non la justice militaire.» Ces experts estiment que «soumettre M. Bassolé à la justice militaire dans les circonstances de la présente affaire viole son droit à un procès équitable de façon irrévocable.»

Pas de quoi ébranler le gouvernement du Burkina Faso qui estime que le fait de mettre fin à la disponibilité du général Djibril Bassolé répondait à un souci de discipline militaire et ne visait nullement les intérêts de la procédure pénale. « En effet, les militaires en disponibilité conservent leur statut de militaire au sens du code de justice militaire. (…) En droit burkinabè, il n’est pas exclu que le Tribunal militaire soit compétent à l’égard de personnes civiles », s’est empressé de faire savoir M. Bagoro.

Le ministre de la Justice déplore «le fait que le groupe de travail n’ait pas permis au gouvernement de se défendre sur cet aspect du problème».

Tout en confiant que l’Etat burkinabè va demander le réexamen de l’affaire sur les méthodes de travail du groupe de travail à propos de la détention arbitraire de Djibril Bassolé, René Bagoro assure : la procédure judiciaire suit son cours.

Le directeur de la justice militaire, le colonel Sangaré, croit savoir même que le dossier est suffisamment avancé. «Je peux dire qu’aujourd’hui, toutes les auditions sont terminées. On niveau du parquet, on a tous les éléments nécessaires pour aller au jugement. Très bientôt nous irons au jugement», promet Sita Sangaré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir