Aujourd'hui,
URGENT
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)

POLITIQUE

En début d’après-midi de ce vendredi 7 juillet 2017, le ministre en charge de la Justice, René Bagoro était face aux médias. Avec à ses côtés son homologue de la Communication, Rémi Dandjinou, Alioun Zanré Commissaire du gouvernement au tribunal militaire et Sita Sangaré, Directeur de la justice militaire. Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Protection civique avait pour ambition de communiquer sur l’avis du Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies concernant la détention du général Djibril Bassolé. De cette conférence de presse, l’on retient qu’il s’agit ici juste d’un avis et non d’une injonction.


Le gouvernement burkinabè demande de laisser la justice faire son travail. Et en aucun cas, «conformément à la constitution, aux engagements contractés dans le cadre du pacte national pour le renouveau de la justice et à ses engagements internationaux, on ne peut et ne doit s’immiscer dans le fonctionnement de la justice», martèle le garde des sceaux.

Cette sortie de René Bagoro intervient après que le Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies a rendu public son avis sur la détention de Djibril Bassolé.  Qualifiant cette détention d’arbitraire, le groupe de travail demandait à l’Etat Burkinabè de libérer immédiatement le général Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées.

Le ministre burkinabè de la Justice explique que, pour donner son avis, le groupe de travail s’est basé sur les faits que «M. Bassolé était un gendarme mis en disponibilité de sorte qu’il avait retrouvé son statut de civil au moment des faits en cause. Dès lors, il devrait être soumis à la justice civile et non la justice militaire.» Ces experts estiment que «soumettre M. Bassolé à la justice militaire dans les circonstances de la présente affaire viole son droit à un procès équitable de façon irrévocable.»

Pas de quoi ébranler le gouvernement du Burkina Faso qui estime que le fait de mettre fin à la disponibilité du général Djibril Bassolé répondait à un souci de discipline militaire et ne visait nullement les intérêts de la procédure pénale. « En effet, les militaires en disponibilité conservent leur statut de militaire au sens du code de justice militaire. (…) En droit burkinabè, il n’est pas exclu que le Tribunal militaire soit compétent à l’égard de personnes civiles », s’est empressé de faire savoir M. Bagoro.

Le ministre de la Justice déplore «le fait que le groupe de travail n’ait pas permis au gouvernement de se défendre sur cet aspect du problème».

Tout en confiant que l’Etat burkinabè va demander le réexamen de l’affaire sur les méthodes de travail du groupe de travail à propos de la détention arbitraire de Djibril Bassolé, René Bagoro assure : la procédure judiciaire suit son cours.

Le directeur de la justice militaire, le colonel Sangaré, croit savoir même que le dossier est suffisamment avancé. «Je peux dire qu’aujourd’hui, toutes les auditions sont terminées. On niveau du parquet, on a tous les éléments nécessaires pour aller au jugement. Très bientôt nous irons au jugement», promet Sita Sangaré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé