Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

POLITIQUE

Le 06 juillet 2017 la commission d’enquête du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) informait l’opinion publique nationale et internationale de la remise de son rapport d’enquête à la présidente du CSM.

Selon les termes du communiqué, la commission a conclu à l’existence de manquements à l’éthique et à la déontologie dans vingt-neuf (29) des cinquante-et-un (51) dossiers examinés, impliquant trente-sept (37) magistrats principalement et incidemment trois (3) avocats, cinq (5) greffiers, quatre (4) OPJ et APJ de la Gendarmerie nationale. Le REN-LAC félicite le CSM et les membres de la commission pour le travail abattu en vue d’assainir le corps de la justice burkinabé des fléaux de la mal gouvernance et de la corruption. 

Il note que la commission a confirmé l’existence des pratiques corruptrices longtemps dénoncées par des structures et/ou citoyens au niveau de la justice. Tout en espérant que ce soit le point de départ de  la renaissance de la justice burkinabé, dynamique qui fera d’elle une institution plus crédible et au service du justiciable, le REN-LAC encourage les différents destinataires de ce rapport et en premier lieu le Président du Faso en sa qualité de garant de l’indépendance de la justice, à tout mettre en œuvre pour que des suites appropriées lui soit données aussi bien sur le plan disciplinaire que pénal. 

En tout état de cause, le REN-LAC entend jouer pleinement sa partition afin que les procédures appropriées soient déclenchées dans le sens de réprimer les mis en cause à la hauteur de leur forfait. D’ores et déjà, il demande avec insistance que le rapport soit rendu public afin de permettre aux citoyens notamment aux dénonciateurs et aux acteurs de la lutte contre la corruption d’assurer une veille citoyenne adéquate.

Fait à Ouagadougou le 14 juillet 2017
Le Secrétariat exécutif

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé