Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Le bilan provisoire de l’attaque terroriste qui a visé le Café Istanbul dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 août 2017 est de 18 tués et d’une dizaine de blessés. Les deux terroristes ont été abattus par les forces de défense et de sécurité au cours de l’assaut. Dans la matinée de ce lundi, la police technique et scientifique et les enquêteurs avaient investi les lieux en vue de rechercher des éléments de réponses à cette attaque terroriste qui reste jusque là non revendiquée.

Les forces de sécurité recherchent activement un véhicule pick-up, bâche blanche, N° 1971, immatriculée au Niger. Aussi, selon Alpha Barry, le ministre en charge des Affaires étrangères qui étaient sur les lieux peu avant midi de ce lundi, 15 des 18 victimes avaient été identifiées. Elles sont issues de 8 nationalités.

Il s’agirait de 7 Burkinabè, 2 koweitiennes, 1 canadienne, 1 Français, 1 Sénégalais, 1 Nigérian, 1 libanais, 1 Turc.

Le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou rencontrera la presse dans la soirée pour faire le point sur les débuts de la procédure judiciaire enclenchée quelques heures après l’attaque. 

Par ailleurs, le ministère de la Santé a informé la population qu’une cellule d’urgence médico-psychologique a été mise en place pour l’accompagnement de toutes les victimes dans la salle de conférence du service de Psychiatrie de l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

Selon le parqueur du Café, l’attaque a été perpétrée par deux terroristes, l’un de teint clair et l’autre de teint noir. 

Après l’attaque, on a assisté à une vague de condamnation dont celle des présidents français, guinéen et sénégalais. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré dans un bref message a condamné cette attaque avec la dernière énergie.

« J'adresse mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Je salue la bravoure de nos forces de défense et de sécurité dont l'engagement a permis de neutraliser les terroristes. La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine. C'est pourquoi, j'en appelle à la vigilance, à la solidarité et à l'unité de toute la Nation pour faire face à la lâcheté de nos adversaires » a-t-il indiqué.

En rappel, l’attaque s’est déroulée ce dimanche 13 août 2017 aux environs de 21 heures, selon un communiqué gouvernemental. Elle avait pour cible principale le restaurant «Istanbul», situé sur l’avenue Kwamé N’Krumah, à Ouagadougou, à quelques dizaines de mètres du café Cappuccino, lui-même cible d'une attaque djihadiste sanglante en janvier 2016 qui avait fait 30 morts.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé