Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring

POLITIQUE

Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique organise les mardi 22 et mercredi 23 août 2017 au siège du Conseil régional du centre à Ouagadougou, un atelier de sensibilisation sur la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique au profit des leaders d’associations de jeunes et des représentants des structures syndicales.

L’ouverture de l’atelier a été présidée par le Conseiller technique, Germain PIME représentant le ministre Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des Sceaux. Il avait à ses côtés la Directrice générale de la promotion civique, Mme Hadjaratou ZONGO et le Directeur régional du Centre du ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle, Romain KABORE.
Cet atelier, a souligné le Conseiller technique, entend contribuer à une meilleure connaissance des textes relatifs à la liberté de réunion, de manifestation et au civisme par les leaders d’association de jeune et des représentants des structures syndicales.

Le Burkina Faso s’étant engagé en faveur de l’édification d’un Etat de droit, il s’efforce à garantir aux citoyens ainsi qu’à toute personne vivant sur son territoire, l’exercice de leurs droits et de leurs libertés individuels. La liberté de réunion et de manifestation, est ainsi consacrée à l’article 7 de la constitution du Burkina Faso. Elle est non seulement un moyen d’émancipation, mais aussi une forme de participation citoyenne à la gestion des affaires publiques.

A l’instar des autres libertés, la liberté de manifestation participe au renforcement de l’Etat de droit. Toutefois a relevé Germain PIME, « en tant que liberté de conquête, la liberté de manifestation doit être maniée avec beaucoup de responsabilités et son exercice doit se faire dans le respect des textes en vigueur ». Le contexte national a-t-il fait remarquer, reste parfois malheureusement marqué au mépris des dispositions légales en la matière par des manifestations émaillées de violences, d’atteintes à l’ordre public etc.

«Cette situation fragilise les efforts de développement et met à rude épreuve la préservation de la paix et des acquis démocratiques. Ce contexte interpelle donc tous les acteurs de la vie nationale et, en premier lieu les syndicats et les associations de jeunesse sur la nécessité d’orienter les actions dans le respect des valeurs fondatrices de notre société, afin de garantir à chacun la jouissance effective et l’exercice de ses droits de façon responsable» a insisté le Conseiller technique du ministre en charge de la Promotion civique.

Les objectifs spécifiques :
- renforcer les connaissances des leaders d’associations de jeunes et des structures syndicales sur les textes relatifs aux manifestations sur la voie publique ;
- amener les associations de jeunes et les structures syndicales à faire preuve de civisme à l’occasion des manifestations sur la voie publique ;
- promouvoir le civisme et la citoyenneté responsable au sein des associations de jeunes et des structures syndicales ;
- susciter un esprit civique et patriotique au sein des associations de jeunes et des structures syndicales.

Une prochaine session est prévue du 29 au 30 août 2017 à Bobo-Dioulasso.

DCPM/MJDP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé