Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat

POLITIQUE

C’est la salle de conférence du ministère de l’Environnement qui a servi de cadre d’échanges entre l’exécutif représenté par le ministre en charge de la Sécurité, Simon Compaoré, et les riverains de l’avenue Kwamé N’Krumah, en cet après-midi de ce lundi 4 septembre 2017. Cette rencontre, selon les dires de Simon Compaoré, avait pour objectif d’informer les uns et les autres sur ce qui est fait pour sécuriser cette avenue victime à deux reprises d’une attaque terroriste qui a fait une cinquantaine de victimes. 

Les dates du 15 janvier 2015 et du 13 août 2017 resteront à jamais gravées dans la mémoire du peuple burkinabè. Et pour cause, la ville de Ouagadougou, plus précisément l’avenue Kwamé N’Krumah, a été à deux reprises la cible d’attaques terroristes. L’Etat burkinabè, par l’entremise du ministère de la Sécurité, a décidé de prendre le taureau par les cornes. Et cela passe par des dispositions sécuritaires mises en place. 

En effet, le ministère en charge de la Sécurité avec la commune de Ouagadougou, ont voulu, avec les services de sécurité, rencontrer les riverains de l’avenue Kwamé N’Krumah. Il était question à cette occasion de «leur dire ce qui a été entrepris pour que cette avenue soit désormais une avenue plus sécurisée, une avenue plus belle qu’elle ne l’ait actuellement», dixit Simon Compaoré. Des mesures fortes auraient été prises pour cela.

D’après les dires du ministre de la Sécurité, il y a une détermination à tous les niveaux pour que survive la plus belle avenue de Ouaga. «Vous savez que cette avenue porte le nom d’un grand panafricain et pour rien au monde, nous n’allons-nous laisser faire», fait-il observer avant de poursuivre: «avec tout ce qui est en train d’être fait aujourd’hui l’action des terroristes, nous allons nous y opposer et nous avons les moyens.»

A propos de ces moyens, le ministre Simon Compaoré, qui avait à ses côtés le maire de la commune de Ouagadougou et des responsables de la police et de la gendarmerie, dit compter sur les hommes. «Nos jeunes gendarmes et policiers sont là. Et ils sont formés, ils demandent à ce qu’on puisse leur faire confiance et que nous puissions, petit-à-petit, faire pour qu’ils puissent monter en puissance, du point de vue de leur équipement, leur formation pour qu’il soit possible de sécuriser d’apporter la joie et le bonheur sur cette voie». 

Par ailleurs, le ministre d’Etat a voulu être rassurant sur lesdites mesures entreprises pour sécuriser l’avenue Kwamé N’Krumah. Même s’il préfère ne pas «entrer dans les détails», il reste persuader de l’efficacité desdites dispositions. «Quand vous irez sur Kwamé N’Krumah, vous constaterez de visu. Allez et vous verrez. Ce ne sont pas des mesures d’ordre ponctuel, mais plutôt des mesures pérennes. Et vous pourrez le constater de nuit comme de jour. Ces dispositions ont pour objectif de minimiser les risques», confie-t-il. 

Pour Simon Compaoré, tout cela vise à apporter des améliorations à ce qui se passe sur l’avenue Kwamé N’Krumah pour «qu’au lieu de fuir Kwamé N’Krumah, on va y accourir parce qu’il fait bon y vivre. On y prend du plaisir quand on s’y rend».

Même si aujourd’hui encore on déplore les victimes des attaques perpétrées sur cette avenue, il n’est pas question foi du ministre de la sécurité de se laisser abattre. A l’instar des autres, il va falloir résister, s’organiser et apporter la riposte nécessaire. C’est ce à quoi s’attèle l’Etat burkinabè.  C’est en substance ces mot d’espoir qui ont été adressés aux riverains de ladite avenue, qui du moins selon les propos du ministre d’Etat Simon Compaoré, se sont réjouis des informations transmises. Toutefois, ces derniers ont tout de même émis le souhait que ces mesures-là soient effectives et pour cela ils comptent bien y contribuer.

Cette renaissance de l’avenue Kwamé N’Krumah dont fait cas le ministre en charge de la Sécurité se fera grâce aux efforts de tous et de chacun. C’est en cela qu’il a salué les initiatives déjà prises par certaines entreprises siégeant en ce lieu situé en plein cœur de Ouagadougou.

Une rencontre sera organisée dans les jours à venir avec les responsables des agences de sécurité privée. «Nous vous invitons à y faire un tour. A aller prendre un café, à aller manger et vous constaterez par vous-même la teneur de ces mesures déjà opérationnelles», a conclu Simon Compaoré, en précisant que ces mesures vont au-delà de Ouagadougou.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir