Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

POLITIQUE

La présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC), Nathalie Somé, a été placée sous mandat de dépôt et écrouée ce mercredi 6 septembre 2017.

La présidente du CSC était sur la sellette depuis les investigations de  l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) qui s’était penchée sur la gestion de la somme de plus d’un milliard de FCFA mise à la disposition du CSC pour l’organisation des élections couplées du 29 novembre 2015.

Les conclusions de l’ASCE-LC mettaient en cause le Directeur de l’administration et des finances (DAF), la présidente et le directeur des marchés publics de l’institution et les sommaient de rembourser près de 650 millions de FCFA.

Hier mardi 5 septembre 2017, c’est son DAF, Souleymane Séré qui était écroué à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco) après avoir a été entendu par un juge d’instruction. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé