Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: des conseillers s’opposent aux projets de délibérations du maire Armand Béouindé
Classement FIFA: le Burkina 6è et toujours dans le Top 10 africain
Diplomatie: le magistrat Brahima Séré nommé ambassadeur du Burkina Faso en Turquie.
Diplomatie:  Oumarou Maïga nommé ambassadeur du Burkina Faso en Afrique du Sud.
Diplomatie:  Benoit Kambou, ex-président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale, nommé ambassadeur du Burkina au Tchad.
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D

POLITIQUE

Arrêtés le 21 octobre dernier pour avoir voulu organisé un meeting «non autorisé», Pascla Zaïda du Cadre d’expression démocratique (CED) et trois autres de ses compagnons étaient à la barre au Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce lundi 13 novembre 2017. Après plusieurs heures de débats houleux, le procureur a requis 12 mois de prison pour Pascal Zaïda. Mais finalement, le procès a été renvoyé au 20 novembre pour la poursuite des débats.


A l’entame du procès, les avocats de la défense soulèvent une exception. «Dès les premiers instants après leur interpellation, je me suis rendu dans les locaux de la direction générale de la police nationale pour assister mes clients mais j’ai été empêchée de les rencontrer», explique Me Kaboré. Par conséquent, les avocats conseils demandent alors que tous les Procès-verbaux qui ont permis la saisine du procureur du Faso soient écartés de la procédure pour violation du droit à la défense.

Après une suspension de quelques minutes, le tribunal a décidé de mettre de côté les PV mis en cause, notamment ceux de la police nationale. Le tribunal ouvre alors les débats sur la base des PV délivrés par le parquet. Pendant les débats, il est ressorti que l’un des prévenus avait été battu par des inconnus avant son arrestation, et que son état de santé nécessiterait des soins. Après des heures de débats et la réquisition du procureur, les avocats de la défense reviennent à la charge. Pour eux, le procès ne saurait avoir lieu puisque les PV qui ont permis la saisine du procureur du Faso ont été écartés de la procédure.

Les avocats demandent également que leurs témoins soient entendus. Ils ajoutent que le procureur a pris sa réquisition sans qu’ils (les avocats de la défense) aient eu le droit à la parole. «Nous tenons cette affaire parce que nous avons soulevé une exception de procédure qui tient à l’irrégularité des droits de la défense. Et le tribunal correctionnel dans sa sagesse par jugement, a rendu droit à notre exception de procédure. Cela veut dire qu’il n’y a plus procédure. Nous reviendront encore le 20 novembre prochain pour entendre encore quatre témoins mais je ne vois comment cette période va changer les choses», a martelé Me Paul-André Kéré, l’un des avocats de la défense.

En rappel, le procureur dans son réquisitoire, a demandé 12 mois de prison et 500.000 FCFA d’amende pour Pascal Zaïda et Dieudonné Tapsoba et six mois de prison assorti de sursit pour Mohamed Compaoré et Emile Compaoré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir