Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

POLITIQUE

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, accompagné de ses collaborateurs, a animé une conférence de presse ce lundi 27 novembre 2017 à Ouagadougou. Quatre points ont ponctué ce point de presse : le bilan de la campagne agricole 2017-2018, les mesures de sécurité alimentaire, le bilan de l’action ministérielle au cours de l’année 2017 et les actions prioritaires du département pour l’année 2018.

La campagne agricole 2017/2018 a été caractérisée par une installation précoce des pluies à partir du mois d’avril jusqu’à la première quinzaine du mois de juin sur la majeure partie du pays.

Selon le ministre Jacob Ouédraogo, la production céréalière prévisionnelle de la campagne agricole 2017-2018 est estimée à 4 552 273 tonnes. «Cette production est en baisse de 0,32% par rapport à la campagne agricole précédente» a souligné le chef du département de l’agriculture pour qui, la production prévisionnelle des cultures de rente est évaluée à 1 576 606 tonnes.

Au plan céréalier, les productions prévisionnelles rapportées aux besoins de consommations céréalières font ressortir un déficit brut estimé 72 677 tonnes. Ainsi, 17 provinces sont en déficit, 6 en équilibre et 22 provinces excédentaires. Au regard de cette situation, durant la période de soudure (juin à août 2018), Jacob Ouédraogo a indiqué que 620 394 personnes seront en situation d’insécurité alimentaire.

Pour faire face à ce déficit céréalier, le gouvernement prendra des mesures. La première mesure consistera à contrôler  les exportations de produits céréaliers nationaux. «Selon nos estimations, si les exportations sont maîtrisées, le rapport entre la production céréalière nationale et les besoins alimentaires nationaux fait ressortir un excédent net de 613 614 tonnes» a mentionné M. Ouédraogo. Pour lui, le plan de riposte à l’insécurité alimentaire, doté de plus de 22, 7 milliards de francs Cfa pour l’année 2017 sera renouvelé afin de faire face aux défis actuels. Ce plan, consistera à des opérations de distribution gratuite, de vente à prix subventionnés de vivres, à la remise de cash et à l’octroi d’intrants agricoles aux ménages vulnérables. En outre, un accent particulier sera mis dans l’accompagnement de la production de saison sèche des zones à risque par la mise à disposition en quantité et à temps des semences améliorées et d’engrais.  Le conférencier du jour a annoncé le lancement de cette campagne de contre-saison dans la deuxième décade du mois de décembre avec tous les égards possibles.

S’agissant des actions prioritaires pour l’année 2018, en termes de perspectives de mise à disposition des producteurs d’intrants et d’équipement agricoles, il est prévu l’acquisition de semences de variétés améliorées pour un coût de 4,320 milliards de F Cfa, l’octroi de plus de 16 000 tonnes de fertilisants pour un coût de 5,8 milliards de F Cfa, la mise à disposition des producteurs de plus de 29 000 unités d’équipements agricoles de traction animale, plus de 200 unités de matériels motorisés et plus de 11 000 animaux de traits d’un coût de 6 milliards de F Cfa. 

En prévision de la campagne agricole 2018-2019, le gouvernement s’est engagé au maintien et au renforcement de la veille et de la lutte contre la chenille légionnaire d’automne avec l’accompagnement de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé