Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

POLITIQUE

La 13e édition du festival Ciné Droit Libre (CDL) se tiendra du 9 au 16 décembre 2017 à Ouagadougou sous le thème : « Migrations : loin de chez moi ? ». L'édition 2017 est placée sous le parrainage de l'ancien footballeur français Lilian Thuram. Plusieurs activités sont inscrites au programme de ce festival de films sur les droits humains qui connaitra la participation de plusieurs artistes engagés dont l'artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly. Pour le comité d'organisation qui a rencontré la presse ce samedi 2 décembre 2017, plus de 50 000 personnes sont attendues.




Comme l'a expliqué Abdoulaye Diallo, coordonateur général du festival, cette édition va aborder la question actuelle de la migration et de la gestion souvent catastrophique des flux migratoires. Pour lui, Ciné droit libre servira de cadre pour décortiquer les enjeux de la migration autour du credo du festival : « un film, un thème, un débat ». Les réflexions seront quant elles menées sur le triptyque « migrations-immigrations clandestines-réfugiés».

« La migration, qu'elle soit volontaire ou forcée, aboutit souvent à la violation de la dignité humaine des personnes qui tentent cette aventure périlleuse. Après avoir investi toutes leurs fortunes ou s'être endettés pour entamer ce voyage à la recherche d'une vie meilleure, des milliers de jeunes périssent en mer ou en plein désert chaque année.  Certains survivants, arrivent meurtris et dépouillés de leurs biens dans les pays de transit où ils sont soumis au travail clandestin et à l'exploitation. Dautres tombent dans le trafic dêtres humains à l'issue du quel ils sont vendus, réduits à l'esclavage et aux traitements cruels et inhumains » a fait savoir Abdoulaye Diallo pour qui les récents événements sur la traite des migrants en Libye dévoilés par la chaine de télévision américaine CNN viennent démontrer la pertinence de cette thématique.

Pour cette édition, plus d'une quarantaine de films traitant de la problématique de la migration et d'autres thématiques majeures seront projetés dans plusieurs espaces tels le Ciné Burkina, l'institut français, l'université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, etc. A coté des projections se tiendront des Master-class dans les écoles professionnelles, le concours 10 minutes pour convaincre, le dialogue démocratique, l'espace enfant et le village du festival à l'espace aéré de l'ex mairie de Bogodogo où le public trouvera des stands d'exposition ainsi qu'un espace culinaire, un plateau télé et un concert chaque soir.

Comme innovations, le coordonateur général du festival a annoncé, entre autres, la tenue du projet  « dessinons la paix et la démocratie » qui fait la promotion auprès des jeunes et des détenus burkinabè, d'une culture de la paix et de la démocratie à travers le dessin de presse et l'hymne du festival qui sera une chanson sur la thématique de la migration composée en tandem par les artistes invités de cette édition.

Tiken Jah Fakoly, Didier Awadi, le Mareshal Zongo, Patrick Kabré, R-Light, Dicko Fils, Sylvestre Amoussou, Souleymane Cissé, etc. sont les artistes invités qui tiendront en haleine le public dans les différents espaces du Ciné Droit libre.

L'invité spécial de cette édition  est l'ancien footballeur français, Lilian Thuram qui sest engagé depuis via sa fondation sur les sujets tels légalité, l'immigration et le racisme.
« Cest l'un des rares footballeurs qui a utilisé sa fortune pour créer  une fondation qui essaie de se battre pour légalité, les doits humains et contre la discrimination. Nous avons donc trouvé qu'il était important de faire un clin d'oeil à Lilian Thuram afin qu'il partage avec nous son expérience mais aussi qu'il prenne un peu de ce qu'on fait à Ciné droit libre » a expliqué M. Diallo.

Lilian Thuram animera à cet effet, une conférence publique le samedi 16 décembre à 10h à l'institut français de Ouagadougou et dédicacera par la suite son livre. Le clap d'ouverture de lédition 2017 interviendra le samedi 9 décembre prochain à  18h 30 minutes au Ciné Burkina avec la présence effective de Tiken Jah Fakoly.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé