Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Lucienne Ariane ZOMA,  Socio-anthropologue, est nommée 1er vice-président du HCRUN
Niger: le grand griot zarma, Djilbo Badjé, s'est éteint à près de 80 ans (RFI)
Santé: le président du Faso a lancé un appel aux populations afin que le paludisme soit vaincu au Burkina Faso d’ici 2030
Burkina: Le tribunal de Djibo  est fermé «jusqu‘à nouvel ordre» pour «raisons de sécurité»
Siao: le Madagascar, pays invité d’honneur de la 15e édition
Burkina:  «Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique» est le thème du Siao 2018 (26 octobre-4 novembre)
Burkina: l’abbé Prosper Bonaventure Ky nommé évêque de Dédougou
Football: l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, Henri Michel, est décédé ce 24 avril 2018.
France: Soupçonné de corruption au Togo et en Guinée, l'homme d'affaires français, Vincent Bolloré, en garde à vue.
Burkina: tué lors de l’attaque du camp de la Minusma, le Caporal Yaméogo Ibrahim (35ans) a été inhumé ce lundi au cimetière de Gounguin

POLITIQUE

940, c’est le nombre de personnes (physiques et morales), dont les mérites et loyaux services rendus à la Nation ont été reconnus par la présidence du Faso. C’est en présence du président du Faso, Grand maître des Ordres burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, que ces distingués ont reçu leurs décorations, dans le cadre de la commémoration de la fête nationale. Ce mardi 5 décembre, ce sont deux catégories de distinctions qui ont été décernées, à savoir l’Ordre national et l’Ordre du mérite.
 

La tradition a été respectée ce 5 décembre 2017. En effet, comme il est de coutume en prélude à la commémoration de l’accession du Burkina Faso à l’indépendance, tous les 11 décembre, le mérite de certains Burkinabè a été reconnu. Ces derniers se sont distingués à travers leur abnégation au travail. Présidée par le chef de l’Etat, une cérémonie qui se présente comme l’une des activités phares de la commémoration de l’indépendance, a permis à 940 récipiendaires issus de divers corps de métiers de voir leurs efforts récompensés, à travers l’acte de décoration dont ils ont bénéficié.
 
A la fin de la cérémonie, les sentiments des récipiendaires oscillaient entre satisfaction et engagement à mieux faire. Ils ont témoigné leur reconnaissance à la nation burkinabè. C’est le cas de Koffi Amétépé, journaliste, élevé au rang de chevalier de l’Ordre national. «Je pense que lorsque cela vient d’une patrie qu’on a adopté et après avoir passé 25 ans au Burkina, cette distinction témoigne de l’exemple d’une intégration réussie. C’est une grande responsabilité qu’il faut désormais assumer et aussi faire savoir aux jeunes que la chose la plus importante c’est de servir sa communauté, sa patrie», a-t-il confié.
 
Même son de cloche chez Valérie Kaboré, cinéaste, réalisatrice et productrice, faite chevalier de l’Ordre du mérite burkinabè. Pour elle, «c’est l’occasion de dire merci aux autorités du pays et à la Nation toute entière parce que lorsque vous dansez et qu’on ne vous applaudit pas c’est qu’il y a un problème».

Magistrat et secrétaire général du ministère de la Justice, Théophile Sawadogo est nouveau chevalier de l’Ordre national. «Cette médaille m’inspire un sentiment de fierté. Et j’adresse mes remerciements à ceux-là qui m’ont honoré à travers cette distinction, tout en ayant une pensée à l’endroit de l’ensemble de mes collaborateurs», a-t-il dit.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir