Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

POLITIQUE

Dans le souci de contribuer sainement à l’animation de la vie publique par une veille citoyenne proactive pour maintenir l’élan démocratique suscité par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et de la résistance au putsch de septembre 2015, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en collaboration avec la coalition Ditanyé, organise du 8 et 9 décembre un colloque national sur le thème «Peuple burkinabè face aux défis post-insurrectionnels». La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce vendredi 8 à Ouagadougou.

Ce colloque, 2ème du genre, se fixe pour objectif de sensibiliser l’opinion publique burkinabè sur les défis post-insurrectionnel pour une gouvernance centrée sur les opinions du peuple. Pendant 48 heures, il s’articulera autour de plusieurs panels développant les problématiques sur la justice burkinabè face aux aspirations du peuple; les défis sécuritaires, socio-économiques et du renouvellement positif et qualitatif de la classe politique; l’héritage institutionnel de la transition politique ; l’analyse des systèmes partisans au Burkina Faso et des témoignages sur la vie et le combat du journaliste d’investigation Norbert Zongo.

Il s’agit, selon Me Guy Hervé Kam, représentant de la Coalition Ditanyè, d’inviter aux discutions les défis et les espoirs qui étaient ceux du peuple burkinabè à l’occasion de l’insurrection de pouvoir échanger sur ces questions avec des spécialistes. Aussi, ajoute-il, et faire en sorte que les espoirs et les défis qui ont conduits le peuple burkinabè dans la rue ne soient pas oubliés.

La raison, explique Me Kam, «lorsque les 30 et 31 octobre 2014 le peuple burkinabè a dit que plus rien se sera comme avant, il voulait avant tout des changements concrets dans tout ce qui touche à la vie des populations et c’est notre devoir de faire en sorte que ces changements concrets ne tombent dans l’oubli».

D’abord, précise-t-il, «du point de vue de la population elle-même, pour que dans leur veille continuelle que ces populations puissent être elles-mêmes des acteurs du changement à ce qu’elle va imposer aux dirigeants dans le sens du bien-être des populations».

Selon le directeur exécutif du CGD, Thomas Ouédraogo, des experts ont été conviés pour discuter de cela avec les participants. Pour lui, «il y a un moment pour chaque chose, il y a un moment pour être dans la rue mais, il y a un autre moment pour voir ce qu’on y gagne parce qu’on s’insurge pour gagner. Donc, ce sont ces gains que nous voulons capitaliser à travers ces réflexions mais pas une nostalgie pour un moment de perturbation plutôt regarder un avenir avec beaucoup plus d’optimisme, d’utilité de chaque entité».

M. Ouédraogo juge important ce forum parce que, les Burkinabè de l’intérieur comme ceux du CGD sont réunis pour parler d’une même cause. Le directeur du CGD espère que ces participants pourront en retour en parler à d’autres personnes et ainsi tout le Burkina sera pris en charge pour ces valeurs qu’ils défendent.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir