Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

POLITIQUE

Méconnu au-delà  des cercles du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avant son ascension au perchoir, Alassane Bala Sakandé est en train de marquer les esprits. Pour sa grande première à Bobo-Dioulasso ce vendredi 15 décembre 2017, il  a opté pour la route. Rien de surprenant ? Et pourtant oui ! Bala et ses collègues sont venus à Sya dans une société de transport en commun.

A sa manière, Balla Sakandé est en train de marquer son passage à la tête de l’hémicycle burkinabè. Venu au perchoir suite à la disparition du monument politique qu’était feu Salifou Diallo, Bala entend s’affirmer.

Partageant des similitudes avec l’ex président de l’Assemblée nationale, le député du Kadiogo a aussi sa particularité. Et à Bobo-Dioulasso, nombre de personnes ont été surprises de le voir débarquer dans un car d’une compagnie privé. Populisme ou souci de rabaisser le train de vie des élites ? Chacun interprétera.

M. Sakandé a déjà donné ses raisons: «Quelque part, nous devrions vivre les réalités des citoyens et donner un signal au niveau de l’administration. A savoir  qu’on peut utiliser les transports en commun pour aller en mission, exactement comme les autres burkinabé le font tous les jours. C’est aussi un moyen de moyen de réduire le train de vie de l’Etat. Au finish, j’ai fait un voyage agréable en compagnie de mes collègues députés. Il n’y a rien de mauvais à prendre un transport en commun».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé