Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

POLITIQUE

Le Syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (Synacsab) entend observer 48 heures de sit-in du 29 au 30 janvier suivi de 72 heures de grève à compter du mercredi 31 janvier au vendredi 2 février 2018 sur toute l’étendue du territoire national. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 16 janvier à Ouagadougou.

L’adoption d’un plan de carrière des agents, la non-professionnalisation du corps, la vétusté des bâtiments, la cherté de la vie, le phénomène d’insécurité sont, entre autres, les préoccupations du Synacsab consignées dans un document et porté à la connaissance du gouvernement. 

Selon le secrétaire général national du syndicat, Adama Bidiga, certes des négociations ont permis de prendre en compte certaines préoccupations non moins importantes mais, celles dont la prise en compte permettra de juguler les problèmes liés à l’autorité de l’Etat, à la mal gouvernance et d’assoir une administration territoriale forte et efficace sont toujours à la traine. 

Le Synacsab dénonce l’attitude démissionnaire du gouvernement burkinabè vis-à-vis des préoccupations de certaines catégories de travailleurs. Pour les conférenciers du jour, en lieu et place d’une véritable négociation, il est servi aux administrateurs du dilatoire. «Notre syndicat reste ouvert au dialogue mais ne toléra plus les manœuvres dilatoires du gouvernement» a dit M. Bidiga

Ces conférenciers disent être convaincus davantage que face à leurs revendications, le gouvernement cherche à gagner du temps. Pour preuve, «la déclaration du président du Faso  annonçant la fin des règlements au «cas par cas» des préoccupations des travailleurs et la récente sortie médiatique du Premier ministre à propos du débrayage des syndicats de l’éducation, qui pourtant nous a reçu le 28 décembre dernier et même mis en place un comité interministériel afin d’examiner notre plateforme revendicative, nous convainc davantage que face à nos revendications, le gouvernement cherche à gagner du temps» a expliqué le Sg du Synacsab.

Donc, refusant d’être les témoins silencieux de cette politique destructive de l’administration territoriale et de la fragilisation du tissu social, le Synacsab invite ses militants à un mouvement de débrayage afin de dénoncer la lenteur dans la prise en compte de leurs préoccupations.  A cet effet, le Syndicat prévoit 48 heures de sit-in du 29 au 30 janvier prochain sur toute l’étendue du territoire national. Ce sit-in sera suivi de 72 heures de grève à compter du mercredi 31 janvier au vendredi 2 février 2018. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé