Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce vendredi 16 mars 2018 Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères. Selon l’hôte du jour, sa venue à Ouagadougou s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens entre le Burkina Faso et la France, notamment en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme.

Deux semaines après le double attentat qui a ciblé l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France, Jean-Yves Le Drian est venu à Ouagadougou, pour exprimer dit-il la « solidarité et les condoléances » du peuple français, à l’endroit de la nation burkinabè.

Par ailleurs, il était également question pour le ministre français de réaffirmer la volonté de son gouvernement à apporter la réponse qui sied aux actes terroristes. Et selon lui, « la riposte aux attentats terroristes demeure le renforcement de nos liens ». Poursuivant dans ses propos, M. Le Drian soutient que le discours sur l’Afrique prononcé par le président français depuis l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo, n’était pas le fait du hasard. Il s’agissait en effet, « d’une volonté affirmée d’avoir avec le Burkina un lien spécifique »

Toutefois, il confie que cette riposte à laquelle il fait allusion, prend en compte le renforcement de la force conjointe du G5 Sahel. A ce niveau, pour Jean-Yves Le Drian, il faudrait « multiplier » les initiatives, d’autant plus que l’on fait face à un terrorisme qui est « à la fois un terrorisme idéologique, de radicalisme islamiste. Mais c’est aussi un narco terrorisme. C’est aussi un terrorisme des trafics. Les uns se confortant avec les autres, dans une spirale qui peut être parfois dramatique ».

Et pour venir à bout de ces différentes formes de terrorisme, Le Drian estime que le combat doit être mené en commun et en synergie.  A l’en croire, cet objectif commun renforce par ailleurs la relation spécifique entre les deux pays. 

Cependant, la lutte va au-delà des frontières du Burkina Faso, c’est la raison pour laquelle qu’avec Alpha Barry,  son homologue burkinabè, M. Le Drian s’est rendu un peu plutôt dans la matinée à Niamey pour voir « comment on pouvait poursuivre ensemble ce combat ». « nous sommes dans cette relation à la fois confiante et amicale mais aussi offensive ».    

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé