Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu, en audience ce mardi 27 mars 2018 à Kosyam, une délégation du Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-Lac). Conduite par son secrétaire exécutif Claude Wetta, la délégation dit être venue discuter avec le chef de l’Etat sur les questions de gouvernance notamment la corruption.

«Nous avons fait savoir au président du Faso que la gouvernance, notamment la question de la corruption, est gérée de façon insatisfaisante pour nous. Il est donc important que le chef de l’Etat puisse s’engager personnellement pour qu’on puisse faire reculer la corruption dans notre pays. Lorsqu’on regarde les différents textes qui ont été adoptés dans notre pays sous la Transition et les réformes institutionnelles, on peut dire qu’il y a eu des avancées à ce niveau» a déclaré le secrétaire exécutif à sa sortie d’audience.

Mais, M. Wetta dit relever des insatisfactions. «Mais, nous sommes surtout insatisfaits lorsqu’on regarde toutes les dénonciations qui sont faites au niveau de la presse concernant les malversations qui ne sont pas prises en compte» déplore-t-il.

Sur la question des biens mal acquis, la délégation dit ne pas être «tout à fait satisfaite de la façon dont cela est traité aujourd’hui». «Donc, il est important qu’on puisse faire des efforts dans ce sens», lance M. Wetta. 

S’agissant  des directeurs généraux, il dit avoir «l’impression que le gouvernement recule face aux textes ou les concours qui ont été faits pour les directeurs généraux». «Tout cela nous fait dire que pour que la tolérance zéro en matière de corruption soit réalisée, il faut véritablement qu’on puisse adresser l’ensemble de ces questions et se battre pour que les choses bougent» estime le secrétaire exécutif du Ren-Lac. 

Par ailleurs, M. Wetta a laissé entendre que le chef de l’Etat a prêté une oreille attentive à leurs préoccupations et leur a fait une proposition. «Il estime que la lutte contre la corruption est un processus. Aussi, qu’il faut qu’on se mette tous ensemble pour effectivement se battre afin de pouvoir résoudre le problème de corruption dans notre pays. Nous sommes d’accords avec lui, parce que, pour nous, pour que la corruption recule dans notre pays, il faut le contrôle citoyen. Si les citoyens arrivent à contrôler l’administration, on peut faire des avancées dans ce domaine» a expliqué M. Wetta tout en soulignant sa satisfaction au sortir de cette rencontre avec le président du Faso.

Ce dernier propose une session sur la corruption entre le gouvernement et le Ren-Lac. Le secrétaire exécutif dit être preneur de cette proposition faite par le chef de l’Etat.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé