Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

Le ministre Dieudonné Maurice Bonanet a reçu la plateforme de la CADDL

POLITIQUE

Les membres de la  Coalition des associations de défense au droit au logement (CADDL) a tenu une marche meeting ce jeudi 6 avril 2018 de la Bourse du travail de Ouagadougou au ministère en charge de l’Urbanisme. Ils sont allés remettre leur plateforme revendicative au premier responsable dudit ministère.

«Nous demandons qu’il y’ait un apurement du foncier, des audits sur les opérations de lotissements en associant toutes les organisations de lutte pour la transparence dans la gestion du foncier», sont, entre autres, les points de revendication de la CADDL. «Nous disons que ce point doit être un préalable à la levée de la mesure de la suspension parce que si l’état des lieux n’est pas établi et les responsabilités ne sont pas situées, il n’est pas question pour nous de parler de lever de mesure et reprendre les choses comme si de rien n’était» a dit  Pama Nebié, secrétaire général de la Coalition des associations de défense du droit au logement.

L’autre aspect est qu’il «qu’il faut mettre fin à l’action des sociétés immobilières qui, pour nous, compromettre gravement les chances des populations d’avoir accès à un logement descent». Pour la Coalition, il faut mettre fin au «projet de création de bidonvilles masqués sous le faux nom de restructuration, il faut prendre des mesures afin que les loyers connaissent une baisse significative. «Nous demandons la réduction des prix des matériaux de constructions» a laissé entendre M. Nébié. 

Le ministre Dieudonné Maurice Bonanet a dans un premier temps salué l’esprit pacifique dans lequel la marche s’est déroulée. Il a par ailleurs fait savoir que le processus des logements ou du lotissement des zones non loties est un processus qui est déjà en cours.

«Nous allons l’accélérer» a rassuré le ministre Bonanet qui a affirmé qu’il y a «une forte volonté politique pour ce qui est des logements». S’agissant des zones non loties, «nous avons commencé des échanges, d’abord avec les conseils municipaux, ensuite nous irons sur le terrain avec les populations», dit-il.  Le ministre a indiqué que  le rapport de la commission des enquêtes parlementaires a été remis au Premier ministre le vendredi passé, et qu’il sera bientôt adopté en Conseil des ministres. «Ce que vous aviez comme préoccupations, nous allons les réaliser avec l’ensemble des acteurs, des populations, des organisations de la société civile, les collectivités locales», les a-t-il rassuré.  

«Nous avions pris ce rapport au niveau du gouvernement pour donner suite. Nous voudrions lever la mesure de suspension mais c’est l’Assemblée nationale qui a souhaité que le processus soit conduit à bout avant la levée de la suspension. Et, c’est ce terme qu’on a atteint vendredi passé à travers la remise du rapport interministériel» a mentionné le ministre pour qui, à partir de ce moment, «il y a des projets de textes pour régler des problèmes de 1995 à 2015, pour encadrer l’accès des promoteurs immobiliers au foncier rural et urbain».  Le ministre Dieudonné Bonanet souhaiterait travailler sur la question du foncier avec l’appui des organisations de la société civile représentative. 

A noter que cette lutte de la CADDL est soutenue par le MBDHP, les CCVC, les CDAIP et l’ODJ.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé