Aujourd'hui,
URGENT
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 
Afrique: l'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba après 20 ans de conflit (RFI)
Burkina: l’Union européenne offre plus de 4 milliards de FCFA pour la modernisation de l’enseignement franco-arabe (AIB)
Haïti: le Premier ministre Jack Guy Lafontant démissionne à la suite des violences urbaines

POLITIQUE

Ce vendredi 6 avril 2018, le procès du putsch manqué devait aborder le fond du dossier avec le début de l’interrogatoire des accusés. Sitôt ouverte, l’audience a été  suspendue et renvoyée au 9 mai 2018, le temps de permettre au bâtonnier de l’ordre des avocats de commettre d’office d’autres avocats pour défendre les accusés dont les conseils se sont déportés.

Au  total, 14 avocats dont deux commis d’office se sont déportés, c'est-à-dire qu’ils ne sont plus à mesure de défendre leur client. Selon l’Agence d’information du Burkina, les avocats qui se sont déportés ont évoqué dans leurs différentes lettres de déport «des raisons de convenance personnelle» et «des indices d’un procès inéquitable». Avec ces déports, 12 accusés se retrouvent sans avocats dont dix qui avaient des avocats choisis et deux qui avaient des avocats commis d’office. 

Le parquet militaire a estimé que l’audience ne peut pas se poursuivre en l’absence des avocats de la défense qui ont droit obligatoirement à des conseils parce qu’il s’agit d’une affaire criminelle. Par conséquent, le procureur militaire a demandé que l’audience soit suspendue, le temps que le bâtonnier puisse commettre des avocats pour la défense des deux accusés. Aussi, il a demandé que les dix accusés qui avaient des conseils choisis puissent se choisir d’autres avocats ou le cas échéant, qu’on leur commette aussi des  avocats commis d’office.  Le président du tribunal a accédé donc à la requête du parquet et l’audience reprendra le mercredi 9 mai 2018.

Pour Me Prospère Farama, avocat de la partie civile, les arguments avancés par les avocats de la défense ne sont pas légitimes. Outre cela, il a laissé entendre que l’impression qu’il a est que les avocats de la défense voulaient depuis le début « paralyser » la conduite du procès. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé