Aujourd'hui,
URGENT
Guinée: Ibrahima Kassory Fofana nommé Premier ministre (RFI)
Ragnongo: une trentaine de personnes interpellées pour les besoins de l'enquête judiciaire ouverte par le procureur du Faso
Ragnongo: une enquête a été ouverte par le procureur du Faso suite à l'opération menée ce 22 mai par les forces de sécurité
Ouagadougou: 3 présumés terroristes abattus, 1 capturé et plusieurs armements saisis par la gendarmerie nationale à Ragnongo
Ouagadougou: des assaillants ont été neutralisés ce 22 mai 2018 par les forces de sécurité dans un quartier périphérique de la ville 
Burkina: la Coodination des syndicats du ministère de l'économie et des finances (CS-MEF) empêchée de tenir son piquet de grève (CGT-B)
Mali: au moins douze morts à Boulikessi, près du Burkina Faso (RFI)
Afrique: le Zimbabwe a postulé pour rejoindre le Commonwealth qu’il avait quitté au début des années 2000
Burkina: Human Rights Watch dénonce des meurtres commis par des terroristes et l’armée burkinabè(rapport)
Burkina: un soldat de la GSPR tue sa copine avant de se suicider, une enquête ouverte par la gendarmerie 

POLITIQUE

Suspendu le 6 avril dernier, le procès du putsch manqué a repris ce mercredi 9 mai 2018. L’audience avait été suspendue suites aux déports de 14 avocats de la défense. Le président du tribunal dans l’incapacité de continuer le procès avait renvoyé l’audience à ce jour, le temps de permettre au bâtonnier de l’ordre des avocats de commettre d’office d’autres avocats pour défendre les accusés dont les conseils se sont déportés. 

A l’ouverture de l’audience, le tribunal a informé l’assistance qu’il a reçu deux nouvelles lettres de déport. Il s’agit de Me Paul Kéré et de la SPC/Somé. Ceux deux avocats assuraient la défense de 8 accusés. Avec ces nouveaux déports, 8 nouveaux accusés se retrouvent sans avocats. Par ce fait, il devenait impossible pour le tribunal de continuer le procès. Le renvoi était à nouveau à l’ordre du jour.

Par ailleurs, les nouveaux avocats commis d’office pour la défense des 12 inculpés ont demandé aussi le renvoi du procès au mois prochain, le temps pour eux de prendre de plus amples connaissances sur le dossier. Par conséquent, ils ont demandé au tribunal le renvoi de l’audience. 

Après délibération, le tribunal a renvoyé l’audience pour le 25 mai 2018 pour permettre d’une part au bâtonnier de commettre des avocats pour la défense des 8 inculpés et d’autre part donner un temps aux autres avocats de mieux connaitre le dossier. Insuffisant, estiment les avocats commis d’office qui espèrent que le 25 mai, le tribunal va de nouveau renvoyer.

«  Le délai qu’on nous a donné de prendre connaissance du dossier n’est pas suffisant mais nous ne doutons pas un seul instant qu’à cette audience, il y aura un autre renvoi. Comme vous l’avez constaté, il y a un groupe de 8 accusés qui n’avait pas de Conseil. De notre point de vue, ce délai de deux semaines est juste pour permettre à ces huit personnes d’avoir des avocats et c’est à la suite de cela, qu’on va donner un temps supplémentaire suffisant à tous les avocats commis d’office pour prendre connaissance du dossier » a fait savoir Me Arnaud Sampembré.  

En marge de cette audience, le tribunal s’est prononcé sur la demande de mise en liberté provisoire de deux accusés : Faïçal Nanema et Abdoul Karim Bagagnan. Le tribunal a rejeté lesdites demandes. Il a également statué sur la demande d’autorisation de sortie du territoire de l’accusé, Adama Ouédraogo dit Damiss. Le tribunal s’est déclaré incompétent pour accorder ce type d’autorisation.

L’audience reprendra le vendredi 25 mai 2018 à 9 heures. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé