Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)
Burkina: Le poste forestier de Nassougou (Est) a été attaqué jeudi par des assaillants sans faire de victime (AIB)
CILSS: Roch Kaboré plaide pour la valorisation des produits forestiers non ligneux à lors de la 33e journée du Comité-inter-état (AIB)
France: Richard Ferrand a été élu président de l’Assemblée nationale

POLITIQUE

Le Syndicat national des travailleurs de l’agriculture (Synatrag) observera une grève de 48 heures du jeudi 17 mai à 00 heure au vendredi 18 mai à 24 heures sur toute l’étendue du territoire national. L’objectif de ce débrayage : exiger du gouvernement la satisfaction de leur plateforme minimale d’action constituée de 9 points. En cas de non satisfaction, le syndicat par la voix  de son secrétaire général à la formation syndicale, Tiatité Noufé, menace « de boycotter les activités de la campagne hivernale qui s’annonce».

La plate forme minimale d’action du Synatrag est constituée de 9 points. Il s’agit, entre autres, de la signature immédiate du procès-verbal de négociation entre le syndicat et  le ministère autour de la Plate-forme Revendicative et la mise en œuvre immédiate des conclusions issues de ces négociations,  l’annulation pure et simple de l’arrêté portant nomination des chefs de Zone d’Appui Technique de la direction provinciale de l’agriculture et des aménagements hydrauliques du Kadiogo, et le rétablissement sans conditions des militants relevés dans leur fonction ; l’octroi effectif des indemnités de responsabilité à certains chefs, la prise de mesures idoines pour garantir une parfaite sécurisation des magasins et autres lieux de stockage et la mise à temps aux producteurs des intrants en quantité suffisante et en qualité afin d’assurer une meilleure campagne agricole 2018/2019.  

Ladite plateforme, selon le syndicat a été transmise au ministre de l’Agriculture le 30 avril dernier. Outre cela, il accuse le ministre Jacob Ouédraogo de jouer avec le temps en refusant de signer le procès verbal de négociation avec les travailleurs. Aussi, Tiatité Noufé et ses camarades estiment que le ministre a relevé de leur fonction des militants du Synatrag pour avoir observé un mot d’ordre de boycott lancé par le syndicat. Ce qui constitue, pour le syndicaliste, une entrave à la liberté syndicale.

Dans le but de mieux se faire entendre, le syndicat a décidé de décréter une grève de 48 heures allant du jeudi 17 mai à 00 heure au vendredi 18 mai 2018 à 24 heures. Cette grève selon les orateurs du jour, n’est qu’une première action d’une longue série. 

« Si d’aventure rien n’est fait dans le sens de la satisfaction de la plateforme minimale d’action, le Synatrag se réservera le droit d’entreprendre toute autre action de boycott des activités de la campagne hivernale qui s’annonce jusqu’à la satisfaction totale des points inscrits dans la plateforme. Les conséquences de ces mouvements sur la physionomie de la campagne agricole 2018/2019 seront totalement imputables aux autorités du ministère de l’agriculture » a conclu Tiatité Noufé.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir