Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

POLITIQUE

A l’issue de leur 14ème conférence, les Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina ont eu un entretien à bâtons rompus avec le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, en milieu de matinée, à Ouagadougou. 

« La tenue de la 14e conférence des Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina Faso est une opportunité pour vous non seulement pour vous ressourcer sur l’ensemble des politiques menées au niveau du Burkina Faso, mais également de pouvoir situer les difficultés rencontrées dans l’exercice de vos missions », a déclaré à ses interlocuteurs le Président du Faso, à l’entame de son propos.

Le chef de l’Etat, tout en félicitant ses représentants à l’extérieur pour le travail abattu dans leurs juridictions, leur a rappelé qu’ils sont un maillon essentiel de la politique économique du Burkina Faso. Une politique fondée sur le triptyque de la nécessaire dynamisation et le renforcement de la coopération internationale, la recherche permanente de nouveaux partenaires au développement et la nécessité de maintenir des relations apaisées et de fraternité avec les pays voisins et de la sous-région, a-t-il rappelé.

Pour ce faire, le Président Roch Marc Christian Kaboré a invité l’ensemble des diplomates tant au niveau central qu’à l’extérieur à avoir « une vision beaucoup plus affinée de la politique étrangère » et ce dans « un monde en proie à l’unilatéralisme et à l’effritement de la solidarité internationale ». 

C’est pourquoi il les a exhortés à mobiliser non seulement les pays avec lesquels le Burkina Faso entretient déjà des relations de coopération, mais également les éventuels partenaires et bailleurs de fonds pour accompagner le développement économique et social du pays

« Consolider la place du Burkina Faso en Afrique et dans le monde, renforcer la coopération bilatérale et multilatérale, travailler à l’intégration économique sous-régionale et africaine et promouvoir la paix dans le monde, tels doivent être les guides qui accompagneront nos différentes actions au plan diplomatique et au plan de nos relations dans le monde », a rappelé le Président du Faso à ses interlocuteurs.

Il a insisté sur la nécessité pour les Ambassadeurs et Consuls généraux de donner du Burkina Faso l’image d’un pays souverain, d’un peuple travailleur, intègre et qui, malgré les adversités, se bat pour son développement économique et social avec beaucoup de résilience. De même, dira-t-il, les diplomates doivent faire en sorte que les investisseurs potentiels intéressés par le Burkina Faso sachent que l’Etat assure ses missions dans les domaines de la sécurité et de la sûreté. 

Le Président Roch Marc Christian, avant d’inviter ses interlocuteurs à des débats francs sur leurs préoccupations, a fait remarquer qu’une rationalisation des effectifs dans les ambassades s’impose, du fait de la rareté des ressources.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé