Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: lancement d’un programme d’approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes (AIB)
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)

POLITIQUE

La première session extraordinaire de l’année 2018 a été ouverte ce lundi 16 juillet 2018. Elle connaitra l’examen de plusieurs projets de loi dont le Code électoral, selon Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale qui a présidé la plénière d’ouverture de cette session.

117. C’est le nombre de députés présents à l’hémicycle lors de l’ouverture de cette session extraordinaire. 

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé a fait référence à la théorie de Jean Jacques Rousseau sur le contrat social pour décliner sa vision de l’Etat de droit. Citant toujours le célèbre auteur français, Bala Sakandé a rappelé que « notre pacte social devra se fonder sur la renonciation aux droits naturels au profit d’un Etat qui, par sa protection, conciliera l’égalité et la liberté ; la sauvegarde, par les législateurs que nous sommes, du bien-être général contre les groupements d’intérêts ; le maintien de la pureté de la démocratie par des assemblées législatives ». Se référant à l’insurrection populaire, Bala Alassane Sakandé souhaite refonder la cohésion sociale afin de parvenir à un compromis social, qui selon lui, est un instrument par excellence de justice sociale.

Réviser le code électoral

Déclinant le contenu de la session, le président de l’Assemblée nationale a fait savoir que plusieurs lois seront au menu. Outre les projets de loi relatifs à la ratification d’ordonnance, les députés sont appelés à examiner les textes suivants : le projet de loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement du Conseil d’Etat et procédure applicable devant lui ; le projet de loi portant modification de la loi n°004-2015/CNT du 03 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso et le projet de loi portant modification de la loi n°009-2009/AN du 14 avril 2009 portant statut de l’opposition politique. Le projet de loi portant Code électoral sera également examiné et adopté au cours de cette session.

« J’invite les députés à placer les travaux de cette session extraordinaire à l’ordre du jour sous le paradigme du consensus » a dit Bala Alassane Sakandé pour terminer.

 

Source: Assemblée nationale

*Le titre est de la rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé