Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

POLITIQUE

Les rideaux sont tombés ce dimanche 22 juillet 2018, sur le 2e congrès ordinaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). 48 heures durant, l’ensemble des participants, venus des quatre coins du Burkina Faso et de pays étrangers ont mené les réflexions relatives aux défis auxquels devrait faire face le parti du lion. Au terme de la restitution des travaux, les militants de l’UPC ont renouvelé leur confiance en la personne de Zéphirin Diabré, plébiscité à nouveau président, et ce pour les quatre prochaines années.

C’est sans surprise que le Dr Zéphirin Diabré a été porté à la tête du nouveau bureau exécutif national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Il siège aux commandes dudit parti pour un mandat de quatre ans. Cela s’est fait à la suite d’un consensus  marqué par une demande formulée par les militants du parti du lion.

« C’est avec un cœur plein de joie, que j’accepte. Je suis prêt à conduire les destinées de notre partie pour les quatre prochaines années », s’est exclamé Zéphirin Diabré, pour marquer son approbation à la demande de ses camarades. 

Cependant, le président de l’UPC s’est réjoui du succès qu’a connu ce rendez-vous entre militants et responsables du parti.   « Notre 2e congrès ordinaire s’est ouvert ce samedi matin, avec un succès et une mobilisation inégalée. Toute la ville de Ouagadougou, tout le Burkina Faso et tous nos amis de dehors sont admiratifs de la prouesse que nous avons réussie ». Fait remarquer le président de l’UPC, pour qui cette mobilisation dénote de l’aspiration du peuple au changement en 2020.

C’est au nom des instances dirigeantes du parti qu’il a bien voulu remercier l’ensemble des congressistes pour le travail abattu durant la tenue dudit rendez-vous. Cela a été, foi de M.Diabré, deux jours de travaux intenses, de profondes réflexions et d’introspection au tour du thème « UPC : stratégies pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité ».

Ainsi, étaient à l’ordre du jour : des questions sur la situation nationale, sur la relecture des textes du parti. Les congressistes se sont aussi penchés notamment sur le vote des Burkinabè de l’étranger. Sur ce dernier point, aux dires de ‘‘Zeph’’, « le congrès a exprimé sa crainte légitime ». Au regard des suspicions que soulève cette question, « j’invite les camarades de la diaspora à rester mobiliser et à continuer le travail de veille citoyenne dans leur communauté ».

De toute évidence, cette position adoptée par Zéphirin Diabré sur le vote des burkinabè de l’étranger va en adéquation avec les conclusions des travaux tenus au cours du Congrès. 

Ces conclusions sont constituées de motions notamment sur la question sécuritaire, mais aussi sur la création du groupe parlementaire UPC/RD par certains de leurs anciens camarades. Acte d’ailleurs qualifié de « haute trahison ».  Sur ce sujet, l’UPC, par la voix de son premier responsable se veut être clair. La porte du parti n’est pas fermée à ces élus qui ont regagné les rangs de la majorité. Mais à condition qu’ils fassent recours à la base pour leur mea-culpa.

Au titre des recommandations, le congrès suggère au président du Faso de respecter son engagement pris quant au vote des Burkinabè de l’extérieur. L’UPC ne demande à ce que « cela soit une réalité ». Outre ce sujet, le congrès souhaite « le traitement diligent de tous les dossiers pendant de la justice », afin que la réconciliation nationale tant prônée soit véritable. Aussi, dans le cadre de sa stratégie de conquête du pouvoir, les instances dirigeantes du parti entendent « initier, négocier et conclure des partenariats et alliances avec d’autres partis politiques pour accéder au pouvoir d’Etat ».

Pour Zéphirin Diabré, l’heure ou encore moins le lieu n’est ni indiqué pour confirmer ou pas qu’il sera candidat pour la présidentielle de 2020 ou du reste si l’opposition politique présentera un seul candidat ou pas.              

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir