Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

POLITIQUE

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo, est revenu ce jeudi 2 août 2018 sur la récente polémique liée à l’adoption du nouveau code électoral. Pour le lui, ce débat n’a pas lieu d’être d’autant plus que le processus du vote des Burkinabè de l’étranger demeure perfectible. 

Le ministre Siméon Sawadogo est revenu longuement sur la polémique née de l’adoption du code électoral le 30 juillet dernier.  Au cours du point de presse du gouvernement tenu ce jeudi, il a expliqué les raisons qui ont amené le gouvernement à privilégier la Carte nationale d’identité burkinabè (Cnib) et le passeport comme pièces de votation.

A l’en croire, les deux raisons qui ont amené l’exclusion de la Carte consulaire parmi les pièces de votations retenues est d’une part liée au fait que ladite carte ne précise pas si le détenteur est Burkinabè et d’autre part que la carte consulaire biométrique n’existe qu’en Côte d’Ivoire et au Gabon.

« Même si elle est biométrique, il faut que la carte consulaire précise quelle est la nationalité de l’individu détenteur. Nous ne pouvons pas prendre une carte consulaire qui ne précise pas si c’est un Burkinabè et qu’il doit participer au vote (…) Donc le simple fait d’avoir la carte consulaire ne fait de vous un Burkinabè. La question fondamentale qu’il faut se poser, c’est avec quel document confectionne t-on la carte consulaire ? Pour la carte nationale d’identité, il faut nécessairement le certificat national d’identité idem pour le passeport. Ce qui veut dire que ces pièces sont sécurisées. Alors que pour la carte consulaire, c’est un autre document. L’autre raison, est que cette  carte consulaire biométrique n’est pas disponible dans tous les pays. Elle n’existe qu’en Côte d’Ivoire et au Gabon. Pour une question d’équité, nous devons trouver un document qui va unir l’ensemble des Burkinabè » a expliqué Siméon Sawadogo.

Outre ces explications, il indiqué que l’opposition politique qui s’oppose à ce choix devrait plutôt exiger du gouvernement des mesures pour doter la Cnib à tous les Burkinabè de l’étranger afin qu’ils puissent s’enrôler et prendre part au vote. 

Par ailleurs, le ministre a botté en touche l’argument selon lequel, le fait de ne pas retenir la carte consulaire mettrait les Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire en danger. Il estime que c’est un débat politique et qu’il ne saurait avoir de conséquence car chaque document à sa vocation tout comme la carte consulaire sert à identifier une personne.

«   Dans le passé, parmi les pièces de votation il y a avait le permis de conduire. Est-ce que le fait que nous avons retiré le permis de conduire ne vous permet pas de conduire avec ? Chaque document a sa vocation. Même si ce n’est pas un document de votation, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas valable (…) Cette carte sert uniquement à l’identification de l’intéressé (…) mais ne veut pas dire que  l’intéressé est Burkinabè ou Ivoirien » a laissé entendre le ministre qui du reste a rassuré que le document demeure valable dans les pays où séjourne les Burkinabè.

Pour lui, ceux qui propagent cette idée d’exclusion de milliers de Burkinabè de l’étranger sont en train de faire « une extrapolation dangereuse ».  Se prononçant sur les lieux retenus pour le vote à savoir les ambassades et les consulats généraux, il a précisé qu’il faut au minimum 500 personnes immatriculés pour que le vote puisse se tenir. En sus, il a déclaré que ce n’est qu’un début et que le processus était perfectible idem que l’expérimentation avec la plateforme de l’Office national d’identification (Oni).

« C’est la première fois que le Burkina expérimente le vote des Burkinabè de l’étranger et nous avons le devoir d’aller avec prudence. Nous devons expérimenter et voir quelles sont les améliorations que l’on peut ajouter (…) L’idée du président est que cette élection se passe dans la transparence et l’équité et c’est dans ce sens que nous avons travaillé. Ce sont des débats qui n’ont pas lieu d’être car le processus reste toujours perfectible » foi du ministre. 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé