Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

Photo: Oméga Fm

POLITIQUE

L’Alliance des partis de la Majorité présidentielle(APMP) a animé une conférence de presse ce jeudi 2 aout 2018 au siège du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Devant les hommes de medias, la majorité présidentielle a abordé essentiellement deux points : l’actualité au niveau national et international et l’accueil des 8 nouveaux partis adhérents.

La première partie des échanges de la conférence de presse a porté  sur plusieurs points. Il s’agit, entres autres, de la lutte contre le terrorisme, la campagne agricole 2017-2018, le code électoral et le vote des Burkinabè de l’étranger, le procès du putsch manqué  de 2015, l’exécution du PNDES.

Le nouveau code électoral et le vote des Burkinabè de l’étranger ont été les sujets qui ont dominé les échanges entre les journalistes et les conférenciers du jour. Pour François Kabore, président du PPR (Parti du peuple républicain),  l’adoption de la loi portant  code électoral « est une réelle victoire pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso parce qu’après une dizaine d’année d’attente les Burkinabè de l’extérieur pourront enfin pouvoir voter en 2020 ».

Dans le nouveau code électoral, deux pièces sont retenues comme document officiel d’enrôlement et de votation pour le scrutin de 2020 : la Carte nationale d’identité burkinabè et le passeport. Selon Clément Sawadogo, coordonnateur de l’APMP, « la Cnib est le gage d’une fiabilité absolue en ce qui concerne la nationalité. Par contre, la carte consulaire est aussi valable mais seulement pour l’utilisation pour laquelle elle a été délivrée c’est-à-dire faciliter la circulation de ses détenteurs dans leurs pays de résidence ».

Il s’étonne du fait  que  l’opposition, pour des raisons qui ne résistent pas à une analyse objective et honnête, estime que la carte consulaire devrait être aussi utilisée pour l’enrôlement et pour voter. « L’opposition annonce que nous allons la sentir. Elle a ses motivations et ses raisons mais je pense que si nous sommes  dans la République, nous devons accepter les règles du jeu démocratique » ajoute-t-il.

Abordant la situation de l’actuelle campagne agricole 2018-2019, Clément Sawadogo, citant les experts de la météorologie, a estimé qu’elle était bien installée sur toute l’étendue du territoire national et surtout que la pluviométrie sera en général excédentaire. Pour cette campagne agricole en cours, le gouvernement a estimé environ 5 à 6 millions de tonnes.

Saisissant l’occasion, le principal orateur du jour a présenté officiellement les nouveaux partis politiques qui ont adhéré à l’alliance. Le FPC, l’ODDN, le PCDP, le PEDN, le Fasocrate, le PRDF, l’UFDP et l’UPR sont les 8 partis qui ont décidé de soutenir le programme présidentiel en faisant acte d’adhésion à l’APMP. Le nombre des partis de l’APMP est passé désormais de 37 à 45.   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé