Aujourd'hui,
URGENT
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)
Etats-Unis: au moins douze morts dans une fusillade en Californie
Musique: le Rwandais Buravan, est le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018
Burkina: augmentation de 75 FCFA du prix du carburant à partir du vendredi 9 novembre 2018 (conseil des ministres).
Pakistan: la chrétienne Asia Bibi poursuivie pour blasphème et acquittée il y a une semaine a été libérée (Officiel)
Ouagadougou:  l'échangeur du nord ouvert à la circulation le 15 novembre 2018
Burkina: près 700 000 femmes ont bénéficié de la gratuité de l’accouchement (président du Faso)
Cameroun:  Paul Biya  a prêté serment pour son 7e mandat

POLITIQUE

L’Association des journalistes du Burkina (AJB) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) prennent acte des propos des associations patronales des médias sur la désignation des membres du nouveau Collège de conseillers au Conseil supérieur de la communication (CSC) rendue publique le 7 août 2018.


Dans notre déclaration du 1er août 2018, nous n’avons indexé aucune organisation professionnelle des médias. Mais plaise à celui qui se sent morveux de se moucher. L’opinion est témoin que notre déclaration met en cause sans ambages l’Exécutif burkinabè notamment la Présidence du Faso qui s’est chargée de désigner les organisations patronales comme étant les seules devant siéger au CSC à l’exclusion de nos organisations professionnelles et surtout en violation de la loi régissant le CSC. Nous regrettons profondément que les organisations patronales, que nous considérons comme des partenaires privilégiés, avec lesquelles nous avons mené le combat pour une autorité de régulation indépendante et dépolitisée, se soient associées à un processus clandestin et d’exclusion savamment orchestré, on ne sait à quelles fins. Nous regrettons les insinuations à des fins malveillantes consistant à soutenir que certains de leurs membres nous ont informés de manière informelle. L’esprit de notre déclaration est de dire qu’en tant qu’organisation professionnelle des médias, que nous soyons saisis de manière officielle au même titre que les autres.

L’AJB et le SYNATIC relèvent que la lecture que les associations patronales font de la loi portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du CSC, est erronée et que bien qu’étant « ouvriers de la plume », nos membres sont aussi responsables devant le CSC. Du reste, nous serons curieux de voir ces organisations patronales produire les dispositions de la loi qui les rendent seules responsables devant le CSC et les habilitent par conséquent à désigner seules les représentants des organisations professionnelles des médias au sein de l’institution. Toute l’armature législative, institutionnelle et l’histoire du CSC rendent caduque une telle posture des organisations patronales des médias. Tout collège qui aura la même lecture erronée que les organisations patronales des médias et le pouvoir ne sera certainement pas au service de la démocratie au Burkina Faso.

Nous serons également curieux de voir les associations patronales produire la partie de la loi conformément à laquelle le Président du Faso est habilité à les saisir comme il l’a fait aux fins de désigner les représentants des organisations professionnelles des médias.

L’AJB et le SYNATIC réaffirment qu’il s’agit bel et bien d’un processus clandestin visant à exclure les organisations professionnelles les plus représentatives des travailleurs des médias. Contrairement à ce que les patrons et l’Exécutif à travers le ministre de la communication tentent de faire croire, les « organisations professionnelles des médias » ne sauraient se résumer aux associations de patrons de presse. Cela est grammaticalement erronée et constitue une falsification de l’histoire de la presse. Les organisations professionnelles des médias regroupent et les organisations des travailleurs et les organisations syndicales et les organisations patronales.

Encore une fois, nos organisations prennent à témoin l’opinion nationale et internationale et interpellons les juridictions compétentes à se pencher sur cette irrégularité qui constitue un recul grave dans la mise en place du Collège des conseillers du CSC.

Ouagadougou, le 8 août 2018
Pour l’AJB,                                                Pour le SYNATIC
Le Président                                            Le Secrétaire Général

Guézouma SANOGO                              Siriki DRAME
Chevalier de l’Ordre National


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir