Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

POLITIQUE

Ce lundi 13 août 2018, jour du triste anniversaire de l’attaque du café restaurant Aziz Istanbul, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s’est souvenu des victimes tombées sous les balles des terroristes il y a un an. 

«Nous n'oublierons jamais les victimes de l'attentat ignoble contre le café Aziz Istanbul de Ouaga le 13 août 2017. Nous avons des pensées pieuses pour eux», a tweeté le chef de l’Etat.  «Je réitère ma compassion aux familles éplorées. Nos efforts communs pour venir à bout du terrorisme ne seront pas vains», a-t-il ajouté.  

Au moins 19 personnes –dont un gendarme- étaient tuées dimanche 13 août 2017 dans l’attaque du café Aziz Istanbul à Ouagadougou.

Les deux terroristes ont été abattus.

C’était la seconde attaque de cette envergure dans la capitale, après celle du café-restaurant le Cappuccino qui a fait une trentaine de morts en janvier 2016. 

L’attaque de Aziz Istanbul n’a toujours pas été revendiquée un an après, malgré l’appel à témoins lancé par la justice burkinabè.

Mais le 12 septembre 2017, un message publié sur la page Facebook -non authentifiée- d'Ansaroul islam, le groupe terroriste fondé par Malam Dicko, condamnait l’acte et accusait le «Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans» d’être à la base de l’attentat.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé