Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

POLITIQUE

Du 30 aout au 5 septembre 2018, Roch Marc Christian Kaboré a séjourné en Chine pour une visite d’Etat, suivie d’une participation au Forum de la coopération sino-africaine (Focac). Ce mercredi 5 septembre 2018, il a tiré le bilan de son séjour. Morceau choisi. 

«Nous ne pouvons pas développer l’économie tant qu’il n’y a pas la paix, la sécurité aussi bien individuellement en ce qui concerne nos pays ou en ce qui concerne le G5 Sahel. De ce point de vue, l’apport de la Chine est attendu pour permettre que nous puissions lutter avec une certaine efficacité contre les forces obscurantistes qui, chaque jour, font de nombreux morts dans nos différents pays. 

Je vous ai dit que, chaque fois quand il y a une attaque contre le Burkina Faso ou quand des terroristes posent des bombes çà et là, tuent des Burkinabè, cela n’est pas la traduction d’une incapacité. Le terrorisme est un élément pernicieux. Comme vous le voyez, lorsque vous êtes dans un hôtel, un train, dans un pays européen et qu’une bombe explose, ce n’est pas une question de capacité. C’est le caractère invisible de ces actes terroristes qui pose problème. Au lieu de passer notre temps à nous accuser mutuellement,  nous devons nous ressouder et renforcer la collecte de l’information en demandant de contribuer. 

La Chine, pendant longtemps avec le G5 Sahel, avait décidé de contribuer, mais ne pouvait pas le faire dans cette configuration puisque nous n’étions pas dans cette relation avec elle. Nous avons eu l’opportunité de discuter avec le gouvernement chinois, mais également avec des sociétés chinoises fabriquant des armements pouvant être adaptés au combat contre le terrorisme dans notre pays. Le président Xi Jinping a d’ailleurs demandé que très rapidement, nous puissions faire venir une mission militaire qui va examiner avec le ministre de la Défense de la République populaire de Chine, l’ensemble de ces questions de manière à ce que le matériel que nous souhaitons puissent être adapté aux réalités du combat que nous devons mener

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir