Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

POLITIQUE

Le samedi 8 septembre 2018, s’est tenue à Ouagadougou une rencontre nationale conjointe organisée par le Collectif syndical CGT-B et la Coordination des syndicats de la Fonction publique (CSFP). Objectif : analyser les objectifs et résultats de la conférence nationale des forces vives de la nation qui s’est tenue en mi-juin dernier sur la réforme du système de rémunération des agents publics de l’Etat et la remise en cause des libertés démocratiques et syndicales.

Se prononçant sur la tenue de la conférence des forces vives sur le système de rémunération, les organisateurs ont estimé que la situation est demeurée à l’état car l’exécutif a refusé de prendre en compte les positions d’un grand nombre des syndicats de la Fonction publique. 

C’est pourquoi, insiste Souleymane Badiel, porte-parole des syndicats de la Fonction publique, : «la seule alternative pour évoluer sur les questions salariales des agents publics réside dans l’examen sérieux par le gouvernement du MPP et ses alliés des plateformes revendicatives des différents syndicats et regroupements syndicaux». 

«Aujourd’hui, on peut résumer la situation en terme d’offensive du pouvoir MPP et ses alliés visant même à remettre en cause le droit d’existence de nos organisations syndicales et de ce point de vue, nous ne pouvons rester inertes debout l’arme au pied. C’est-à-dire que, la rencontre d’aujourd’hui marque une étape importante en termes de mobilisation et d’appel au monde du travail dans toute sa composante. Quelles que soient les divergences, nous estimons que, lorsque les intérêts des travailleurs rentrent en jeu, nous devons nous retrouver et parler d’une même voix» a-t-il expliqué.

Il convient de relever qu’au cours de cette rencontre conjointe, les participants ont pris trois motions. Il s’agit d’une motion de condamnation des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales, une sur la contribution des agents publics de l’Etat dans la résolution des préoccupations des populations et une dernière sur la situation sécuritaire.  Ils ont aussi pris une résolution sur la poursuite des luttes et un appel à la mobilisation des travailleurs pour «dénoncer et condamner la politique néo coloniale et pro-impérialiste du pouvoir MPP et associés… » et pour défendre le respect et l’élargissement de leurs droits sociaux et démocratiques.

En plus de ces motions et résolution, les participants ont pris l’engagement, au terme de cette rencontre, de défendre les acquis sociaux et démocratiques des travailleurs et du peuple burkinabè; de rejeter les oppositions entre les travailleurs des différents secteurs et entre les travailleurs et le peuple dont les préoccupations ressortent sur toutes les plateformes syndicales et enfin, de poursuivre avec détermination les luttes tant que des réponses satisfaisantes ne sont pas apportées aux différentes plateformes revendicatives. A noter que cette rencontre conjointe a regroupé 286 délégués issus des directions nationales et régionales des structures membres des deux coordinations. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé