Aujourd'hui,
URGENT
Chine: Xi Jinping inaugure le plus long pont du monde entre Hong Kong et Macao (RFI)
Burkina: une proposition de solutions dans le dossier des militaires et policiers radiés bientôt sur la table du Conseil des ministres 
Burkina: le MPP invite les populations à coopérer dans le renseignement dans la lutte contre le terrorisme 
Média: le prix Albert-Londres décerné à la journaliste du «Monde» Elise Vincent pour ses reportages sur le jihadisme et la radicalisation
Média: Emeline Zougmoré de la RTB/radio sacrée meilleure journaliste 2018 
Cameroun: Paul Biya réélu à la présidence avec 71,28 % pour un 7e mandat (Officiel)
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  

POLITIQUE

Ce mercredi 3 octobre 2018, la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris doit en principe dire si elle accepte la demande d'extradition formulée par le Burkina Faso à l’encontre de François Compaoré, le frère de l’ancien président burkinabè, arrêté à Paris en octobre suite à un mandat d’arrêt émis par le Burkina Faso.

Le délibéré  était attendu pour le 13 juin dernier mais la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris avait demandé à la justice burkinabè des «éléments matériels précis» sur l'implication du frère cadet de l'ancien chef d'Etat burkinabè dans l'assassinat du journaliste et de ses compagnons de route avant se de prononcer sur la demande d’extradition.

Inculpé d'incitation à assassinat dans l'affaire du journaliste Norbert Zongo tué le 13 décembre 1998, alors qu'il enquêtait sur la mort de son chauffeur, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, a été arrêté le 29 octobre 2017 à Paris suite au mandat d’arrêt international lancé par la justice burkinabè, avant d’être placé sous contrôle judiciaire.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé