Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»

POLITIQUE

Face aux remous dans l’administration et au sein de certaines organisations en charge de la gestion des élections (OGE) en Afrique, l’association des Compétences électorales africaines (CEA) est née de la volonté commune d’administrateurs experts électoraux de fédérer leurs expériences afin de travailler pour la réussite des processus  électoraux au niveau du continent. L’association a été présentée à la presse ce  mercredi 3 octobre 2018 à Ouagadougou.

L’association des Compétences électorales africaines (CEA) a été créée en 2016 avec pour devise «réussir avec professionnalisme les élections en Afrique». Selon le président Adam Régis Zougmoré, les mouvements de remous dans les administrations émanent pour la plupart de la non maîtrise du droit électoral, de la révision des cadres légaux des pays sans concertation préalable, de l’instabilité de l’environnement sociopolitique des pays et de la volonté affichée des politiques de colorer des principes démocratiques. 

D’où, l’objectif principal de cette association qui est de promouvoir la démocratie et l’état des droits en Afrique à travers l’organisation réussie des scrutins. Pour M. Zougmoré, il faudrait aider la Ceni du Burkina, à jouer sa partition, qui est au cœur d’une polémique interne et fait objet de débats tous azimuts.  «Véritablement, nous sommes face à une situation critique de notre processus électoral. Il faut que les acteurs assument franchement leurs rôles sans confusion de cadre et sous un serment solennel proclamé et intériorisé» a-t-il ajouté. 

De ce fait, les membres des CEA ont jugé judicieux de rappeler à toutes les parties prenantes, à l’opinion nationale et internationale les critères d’une élection libre et équitable.il s’agit, entre autres, des élections régulières et périodiques, du suffrage universel, de la gestion des élections par une organisation indépendante et impartiale, de la liberté d’expression et des médias et d’un processus de vote facile à comprendre. Concernant le vote des Burkinabè de l’étranger, le président de l’association des CEA juge nécessaire, qu’au-delà des débats sur la qualité des documents d’identification, il conviendrait pour tous de créer des conditions pour des votes apaisés.  C’est-à-dire : «prendre des dispositions pour garantir la droit de voter sans discrimination, le droit de tout citoyen éligible de se faire inscrire comme électeur sous réserve des motifs de disqualification, entre autres». 

Et le vice-président des CEA, Prosper Wilfried Bako, d’appuyer que, «cela fait deux ans et demi que les commissaires de la  Ceni sont installés, ils ont reçu des formations pour être mis dans le bain du processus électoral.» L’occasion a donc été saisie pour interpeller les commissaires de la Ceni à disposer d’une compréhension des stratégies visant à renforcer le développement démocratique.

Ce regroupement dont le siège est à Ouagadougou au Burkina Faso  est représenté dans huit pays. Il s’agit du Burkina, du Sénégal, de la Tunisie, de la République démocratique du Congo, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire, du Bénin et du Togo. L’association sera bientôt représentée au Mali et au Niger pour, aux dires des membres de ladite association, accroître  la puissance consultative de l’organisation et augmenter ainsi le nombre des points focaux pays. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir