Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Depuis quelques jours, des informations font état de ce que l’ancien Premier ministre Yacouba Isaac Zida aurait envoyé un émissaire auprès du Mogho Naaba Baongo, empereur des Mosés pour demander pardon au président Roch Marc Christian Kaboré. Ce lundi 29 octobre 2018, au cours d'un point de presse, Hervé Ouattara, président du mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR), est sorti de son silence pour indiquer qu’il en était rien.

Dans sa parution du vendredi 26 octobre 2018, le quotidien l’Observateur Paalga dans sa rubrique «Une lettre pour Laye», écrivait : «Cher cousin, toujours concernant ce livre qui fait couler tant d’encre et de salive, j’ai appris d’une source digne de foi que son auteur, l’ancien Premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida, a dépêché, en début de semaine, un émissaire bien connu des Ouagalais dans la cour du Moogh Naaba. Il a signifié à l’empereur des Mossé que son mentor souhaite son intercession auprès du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, pour une réconciliation.»

Face à cette information, Hervé Ouattara, président du CAR réagit et répond : «Il n’a jamais été question d’un quelconque émissaire envoyé par le général Yacouba Isaac Zida auprès du Mogho Naaba pour demander pardon pour quoi que ce soit. Cela n’a jamais été le cas ni hier ni aujourd’hui», fait remarquer d’entrée Hervé Ouattara. Par contre, il y a eu une démarche personnelle reconnait M. Ouattara. Selon lui, cette démarche «personnelle» entreprise le 23 octobre dernier, consistait à demander à sa majesté d’intervenir pour la sauvegarde de la cohésion sociale et la paix au Burkina.

«Depuis un moment, notre pays est alimenté dans la presse et sur les réseaux sociaux par des interventions ayant tendance à mettre le feu à la paille. Il s’agissait donc pour nous comme à notre habitude, d’attirer l’attention de sa majesté qui est le garant de nos traditions afin qu’il apporte ses conseils et ses bénédictions. Nous estimons que notre pays est attaqué d’un peu partout et que ce n’est pas le moment de se diviser davantage», insiste le président du CAR.

Etes-vous le représentant de Zida au Burkina ?

A cette question, Hervé Ouattara répond qu’il n’est le représentant de personne. «J’ai effectué une démarche et il semble qu’il y a une confusion. Et c’est cette confusion que je tiens à clarifier sans versé dans la polémique», ajoute M. Ouattara. Sur le dernier livre du général Yacouba Zida, Hervé Ouattara indique qu’il appartient à chacun de faire son analyse et son commentaire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir