Aujourd'hui,
URGENT
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit

POLITIQUE

Dans ce communiqué, la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), salue la mobilisation lors de la marche meeting du 29 novembre dernier, invite à la mobilisation et à la détermination et donne rendez-vous le 13 décembre prochain à l’occasion de la commémoration du décès du journaliste Norbert Zongo.



Je voudrais avant tout, camarades, saluer notre forte mobilisation de ce jour.
Oui, camarades, à l’appel de la CCVC, nous voilà, debout, ce jour 29 novembre 2018, sur l’ensemble du territoire national, pour dire NON à la hausse des prix des hydrocarbures décidée par le gouvernement, le 08 novembre et appliquée depuis le 09 novembre 2018.
Une mesure brusque, injustifiée et injustifiable, prise dans un contexte extrêmement difficile pour la très grande majorité de nos populations des villes et campagnes, qui ploient déjà sous le poids de la vie chère et la misère.
Une mesure inique, cynique, cruelle et criminelle donc, prise sans état d’âme, par un gouvernement exécutant au quart de tour les injonctions du FMI et de la Banque mondiale, mais sourd et muet, face aux cris de détresse des burkinabè.
Un gouvernement qui joue au sourd muet face aux appels incessants à effectuer des audits indépendants de certaines sociétés d’Etat dont la SONABHY, qui semble constituer une caverne d’Ali Baba pour les différents régimes se succédant au pouvoir ;

Camarades,
Le gouvernement préfère assommer les burkinabè par une multitude de taxes et impôts, alors que de grosses entreprises privées, notamment les compagnies d’exploitation minières pillent nos richesses et bénéficient en plus de largesses fiscales scandaleuses, injustifiables et injustifiées.
Le gouvernement appelle nos populations en peine à un effort de guerre, pendant qu’il effectue des dépenses de luxe en achat de véhicules et que l’on fabrique à tour de bras des institutions inutiles et budgétivores pour placer des copains et des courtisans.
Ce gouvernement-là oublie que notre peuple est déjà en guerre. En guerre contre la faim, le chômage, l’impunité, la corruption, etc. Sur ces différents fronts, nous attendons du gouvernement un effort de guerre, notamment :
-    par la réduction des salaires des ministres (payés à coups de millions) ;
-    par l’annulation des privilèges (eau, électricité, véhicules de luxe, etc.) dont bénéficient ses membres ;
-    par toute mesure à prendre pour faciliter l’arrestation et le jugement de tous les pilleurs de deniers publics et autres voleurs de la République. 

Camarades,
Certains membres du gouvernement, insolents et irrespectueux par leurs attitudes et propos, méprisent et insultent le bas-peuple, parce qu’ils sont aujourd’hui au pouvoir. Qu’ils fassent attention et se ressaisissent. Car, en réalité, le pouvoir, c’est le peuple ! Le pouvoir, c’est nous ! Et nous l’avons démontré, il y a seulement quatre (4) ans, les 30 et 31 octobre 2014.

Camarades,
TROP c’est TROP ! Nous disons NON à cette augmentation des prix des hydrocarbures qui, immanquablement, aura des conséquences terriblement dommageables sur nos populations et surtout sur les couches les plus vulnérables.
Et notre détermination à nous battre est sans faille !
Camarades,
C’est ce que nous sommes allés signifier ce matin au gouvernement, par une adresse contenant les points de notre plateforme revendicative, dont je m’en vais vous livrer le contenu.
« Excellence, Monsieur le Premier Ministre,
C‘est avec stupéfaction, doublé d’un sentiment d’indignation, que la CCVC a appris la décision prise par votre gouvernement, le jeudi 08 novembre 2018, d’augmenter de 75 francs CFA ( !) les prix de litres de "super" et de "gasoil", à partir du vendredi 09 novembre 2018.
Facteur aggravant des conditions de vie extrêmement difficiles de nos populations, qui ploient déjà sous le poids de la vie chère et la misère, cette mesure, grave, ne saurait laisser indifférente la CCVC.
Aussi,
-    soucieuse de veiller au respect de la dignité humaine et de la garantie de l’expression des libertés publiques au Burkina Faso,

-    au regard de son investissement constant et de longue date dans ces matières,

-    prenant en compte l’histoire récente du Burkina Faso, marquée par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance populaire au putsch du 16 septembre 2015,

-    prenant tout autant en compte l’aspiration profonde des burkinabè à la justice, à la liberté et au bien-être,

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) a l’honneur de soumettre à l’attention de votre gouvernement, la plateforme revendicative portant sur les points suivants :
1.    Retour aux prix des hydrocarbures d’avant la décision gouvernementale d’augmentation, du 08 novembre 2018 ;

2.    Relecture de la structure des prix des hydrocarbures, conformément aux conclusions de l’atelier du comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures, tenu à Bobo-Dioulasso en juillet 2009 ;

3.    Audit indépendant de la SONABHY et de la SONABEL, impliquant les structures de lutte contre la corruption ;

4.    Identification et saisie des biens et fonds détournés par les dignitaires du régime de Blaise Compaoré et prise sans délais de mesures nécessaires, en vue de recouvrer l’ensemble des fonds dissimulés à l’intérieur et/ou à l’extérieur du territoire national ;

5.    Recouvrement effectif et exhaustif des créances de l’Etat, dues par tout dignitaire (ministres, députés, Directeurs, Directeurs Généraux, etc.) et par des opérateurs économiques ;

6.    Audit du secteur minier et relecture, au bénéfice de la Nation, des conventions passées avec les sociétés d’exploitation minières ;

7.    Arrêt des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales.

Avec l’espoir que vous travaillerez à ce que les préoccupations et attentes contenues dans notre plateforme trouvent satisfaction, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, en l’expression de notre haute considération.


Ouagadougou, le 29 novembre 2018 »

Camarades,
Restons ainsi mobilisés, organisés et déterminés. Car seule notre mobilisation permettra d’arracher des victoires au profit de notre peuple.
En attendant, rendez-vous le 13 décembre 2018 à la Place de la Nation, pour un nouvel épisode de la lutte contre l’impunité, à travers la commémoration du 20ème anniversaire de l’assassinat de Norbert ZONGO et de ses compagnons d’infortune.
Restons debout, camarades, car si nous nous couchons, nous sommes morts.

•    VIVE LE PEUPLE CONSCIENT EN LUTTE !
•    NAN LAARA, AN SAARA !

Pour la Coordination nationale,

Chrysogone ZOUGMORE. /
1er Vice-Président


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé