Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

POLITIQUE

Ex-commandant de la 2e région militaire de Bobo-Dioulasso et conseiller à l’état-major général des armées, le colonel-major Alain Bonkian a tiré sa révérence le 25 décembre 2018, de suite de maladie. Cet officier supérieur de l’armée burkinabè a rendu l’âme à l’hôpital de Tengandogo (hôpital Blaise Compaoré) où il bénéficiait des soins.


Inculpé récemment pour sa présumée implication dans l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et de 12 de ses collaborateurs le 15 octobre 1987, le colonel-major Alain Bonkian souffrait depuis quelques années maintenant. Il a tiré sa révérence le jour de Noël à l’hôpital de Tengandogo de Ouagadougou. Rappelons que cette implication fait suite à la transmission à la justice burkinabè par la France, d’archives de documents sur cette affaire le 9 novembre dernier.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir