Aujourd'hui,
URGENT
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération
Mali: le Comité International de la Croix-Rouge dresse un bilan préoccupant de la situation humanitaire
Criminalité faunique: deux présumés trafiquants burkinabè interpellés avec des peaux de cinq félins par le ministère de l'environnement
Burkina: l'Etat d'urgence prorogé pour une durée de 6 mois par l'Assemblée nationale
Burkina: le Colonel-Major Moïse Mimingou est nommé Chef d’Etat-Major Général des Armées
Burkina: le Colonel-Major Moïse Mimingou du Groupement Central des Armées est nommé Général de Brigade
Burkina: Amnesty International invite les autorités à ouvrir "urgemment" une enquête "indépendante et impartiale" sur le drame de Yirgou

Photo: mediacongo.net

POLITIQUE

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) de la RDC a déclaré Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle avec 38,57% des voix. Il devance l’autre opposant, Martin Fayulu, qui obtient 34,8%. Celui-ci a aussitôt contesté le résultat et dénoncé un «putsch électoral».

Selon les résultats officiels provisoires, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, 55 ans, est le président élu qui doit succéder au chef de l’Etat sortant Joseph Kabila, 47 ans. Il comptabilise 7 051 013 voix, soit 38,57% des suffrages exprimés, selon les chiffres de la Ceni.

Martin Fayulu arrive en deuxième position avec 6 366 732 voix (34,83%), devant le candidat du camp présidentiel sortant, Emmanuel Ramazani Shadary, troisième, avec 4 357 359 voix (23,84%).

Aussitôt les résultats annoncés, Félix Tshisekedi a rendu hommage au président sortant Joseph Kabila, invitant ses partisans à ne «plus le considérer comme un adversaire mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays».

Il se positionne en rassembleur.  «Je ne serai pas le président d’un parti politique, l’UDPS, d’une tribu, la tribu Luba. Je serai le président des Congolaises et des Congolais», promet M. Tshisekedi. 

Martin Fayulu, arrivé deuxième, conteste les résultats, estimant qu’ils n’ont rien à voir avec la vérité des urnes. «Malgré les impositions insensées et irresponsables de la Ceni, nous n’avons jamais cessé de revendiquer haut et fort l’alternance démocratique afin de bâtir ensemble un Congo digne et prospère», affirme affirme-t-il.

Il appelle la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et l’Eglise du christ au Congo (ECC) à révéler les résultats de leurs missions d’observation afin de permettre aux Congolais de connaitre celui qui a réellement remporté la victoire.

Presque le même son de cloche chez Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, qui assure sur une chaine de télévision française que les résultats des élections en République Démocratique du Congo ne semblent pas «conformes aux résultats que l'on a pu constater ici ou là».

«Les élections se sont déroulées à peu près dans le calme, ce qui est une bonne chose, mais il semble bien que les résultats proclamés (…) ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là, parce que la conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications et annoncé des résultats qui étaient totalement différents», a-t-il martelé sur CNews, ajoutant que «Monsieur Fayulu était a priori le leader sortant de ces élections.»

Le taux de participation s’élève lui  à 47,56%.  Près de 40 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes, 18 329 318 ont pu voter le 30 décembre dernier.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir