Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

Photo: EMGA

POLITIQUE

Nommé le 7 février 2019 par décret présidentiel, le Colonel Gilles Bationo a pris officiellement les rênes du commandement de l’armée de terre burkinabè (Cemat) ce mardi 12 février 2019. Il prend la tête de l’armée de terre dans un contexte sécuritaire délétère.

Instructeur commando et spécialiste de la lutte antiterroriste, le nouveau Chef d’Etat major de l’armée de terre connait déjà sa priorité et a refusé de se présenter comme « un messie ». « La priorité est de ramener la quiétude à nos populations. Des gens ont commencé le travail avant nous et nous allons venir apporter notre pierre à l’édification de la paix dans notre pays. Je ne suis pas un messie, le travail ne se fera pas seul, cela sera avec mes hommes et j’ai d’ailleurs une pensée pour ceux qui sont déjà déployés et je sais de quoi ils sont capables (…) Je vais leur demander de consolider les acquis » a fait savoir le Colonel Bationo.

Son prédécesseur, le Colonel major Léon Traoré, après 22 mois passés à la tête de l’armée de terre ne doute point des compétences de « son jeune frère » qu’il dit « bien connaitre ». « C’est un jeune frère et il a travaillé sous mes ordres. Je le connais et je connais ses capacités et son potentiel (…) Je sais qu’il  en est capable et il va réussir ». Ayant pour sa part le sentiment du devoir accompli, le Colonel-major Traoré a indiqué que « la défense de notre patrie exigera toujours la loyauté, la persévérance et le dévouement ».

Avant sa nomination au poste de Cemat, Gilles Bationo était depuis le 29 août 2017, le commandant de la première région militaire basée à Kaya. Ladite région militaire comprend trois régions administratives : le Sahel, le Centre-Nord et le Nord.

En rappel, le 7 février dernier, via un décret, le président du Faso avait procédé à un remaniement au sein du commandement des forces armées nationales. Les principaux responsables avaient été changés. C’est dans ce cadre que le Colonel Bationo avait été choisi pour conduire les rênes de l’armée de terre. 

Bien avant ces nominations, le 10 janvier, le chef de l’Etat avait nommé le Général Moise Miningou au poste de Chef d’Etat major général des armées en remplacement du Général Sadou. Au cours de la constitution du nouveau gouvernement, il avait également procédé au changement des ministres en charge de la sécurité et de la Défense nationale.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé