Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

POLITIQUE

Selon des sources dignes de foi, des manœuvres souterraines seraient en cours pour de nouveau changer le statut de la Cameg. 

Considérée depuis sa création comme une "vache à lait", la centrale d'achat de médicaments génériques n'a de cesse de susciter l'appétit de divers acteurs.

L'indépendance retrouvée de l'institution et la transparence instaurée dans la passation des marchés ne seraient pas du goût de certains lobbies.

Les tractations en cours viseraient à transformer la Cameg en EPE placée sous la tutelle du ministère de la Santé. 

Les partenaires techniques et financiers observeraient ces manœuvres avec agacement: «si ces manœuvres étaient avérées, ce serait un véritable gâchis et une perte de confiance à l'endroit des autorités sanitaires», confie un diplomate.

A la Cameg, c'est le silence radio.

Contacté par Fasozine, la ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué, nous a assuré qu’elle ignorait ce qui se trame. «Je ne sais pas ce qui se passe à la Cameg. Il y a des instances. Et parmi ces instances, nous, nous gérons le conseil d’administration en tant que PCA. Mais il y a l’AG [Assemblée générale, Ndlr], qui dépasse le PCA». 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé