Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

POLITIQUE

Du 7 au 9 mars dernier à Marrakech au Maroc, une délégation composée des représentants de deux partis libéraux burkinabè à savoir l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) et l’Alliance pour la Démocratie et de la Fédération/Rassemblement Démocratique (ADF/RDA) a pris part à la 15e  assemblée générale du Réseau libéral africain (RLA).

A l’issue de cette assemblée générale, le président de l’ADF/RDA, Me Gilbert Noel Ouédraogo s’est vu confié le poste de président délégué pour une période d’un an. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse animée par les deux partis libéraux ce lundi 18 mars 2019 à Ouagadougou.

«L’assemblée générale a décidé de me confier le poste de président délégué pour une période d’un an avec l’entendement que j’assumerai la présidence du Réseau libéral africain à partir du mois de mars 2020» a déclaré Gilbert Ouédraogo, président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain qui a pour vision de travailler à faire en sorte que le Réseau ait le statut de membre observateur au niveau de l’Union africaine voire des Nations unies. A l’entendre, cette présidence est importante pour la région Afrique de l’ouest qui connaîtra plusieurs élections présidentielles en 2020 dans des pays membres comme le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et la Guinée.

Pour Zéphirin Diabré, vice-président sortant Afrique de l’ouest, pour des raisons liées à ses engagements politiques nationaux, qui n’a pas souhaité renouveler son mandat. « Cette élection de Gilbert Ouédraogo constitue un honneur pour le Burkina Faso, l’ensemble des libéraux du Burkina Faso et des libéraux de la sous-région ». Il a indiqué que le nouveau président délégué peut compter sur l’appui de son parti, de tous les libéraux du Burkina Faso et sur son appui personnel pour réussir cette importante mission.

Faire du Burkina Faso, le 3e pays libéral au pouvoir en 2020

A en croire les libéraux, les échéances de 2020 s’annoncent sous de meilleures auspices pour l’opposition politique en raison de «l’échec cuisant de la gouvernance du MPP. «Il y a de cela quelques jours, l’opposition politique a débuté des concertations pour définir une stratégie commune et une commission a été mise en place pour tracer la feuille de route de l’ensemble de l’opposition par rapport aux échéances de 2020 afin que nous l’abordons de manière groupée dans le souci d’attaquer de tout part le MPP et de faire un coup K.O» a expliqué Zéphirin Diabré, président de l’UPC.

Pour le président délégué du Réseau libéral africain, son objectif principal est de faire en sorte qu’il y ait plus de partis politiques libéraux au pouvoir, et faire du Burkina Faso le 3ème pays libéral au pouvoir en 2020. «Il est temps d’essayer le libéralisme et de voir ce que le libéralisme pourra apporter à notre pays. Nous, nous souhaitons qu’en 2020, les libéraux soient au pouvoir au Burkina Faso. Nous ferons ce que nous avons à faire et jouerons notre partition pour que les libéraux soient au pouvoir en 2020» foi de Gilbert Ouédraogo. Et Ablassé Ouédraogo, président du parti le Faso Autrement, parti membre observateur du Réseau d’ajouter: «Nous sommes convaincus que 2020 va enregistrer un changement, une alternance» et cette fois ci, il avertit le président du parti du ‘Lion’, «Zeph, nous n’allons pas nous faire dribbler».

Pour rappel, le Réseau libéral africain est le plus grand réseau politique sur le continent africain car, réunissant 44 partis politiques issus de 30 pays. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir