Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring

POLITIQUE

Dans ce communiqué, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), via son porte parole, Bindi Ouoba, réagit aux propos tenus par l’ancien Premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida au cours d’une interview qu’il a accordé la semaine dernière à une chaîne française.

La sortie médiatique de l’ancien premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida, la semaine dernière a suscité par son contenu interrogations et surprises de la part d’un compatriote qu’on croyait connaitre son pays.

Monsieur Zida sait que le Burkina Faso qu’il a quitté il n’y a pas si longtemps, est comme le Canada, un Etat de droit, et que depuis son absence du pays, si l’Etat de droit ne s’est pas amélioré, il ne s’est pas dégradé non plus.

Le MPP au pouvoir, conformément aux valeurs qu’il a toujours défendues, a comme premier souci, le respect des droits humains, en particulier la préservation de la liberté, de la justice et de la sécurité pour tous.

A ce jour, depuis l’arrivée du MPP au pouvoir, aucun Burkinabé n’a été privé de ses droits pour des raisons politiques, d’opinions et autres. Rien que l’année dernière, le Burkina Faso a été classé cinquième pays africain respectant la liberté de la presse et quarante- unième au plan mondial, sur cent quatre-vingt pays.

Personne n’a contraint Monsieur Zida à l’exil, et il a la liberté de renter dans son pays pour faire valoir ses droits à tout moment, sauf s’il a quelque chose à se reprocher.

Le MPP s’étonne particulièrement du jugement négatif porté par l’ancien premier ministre sur la lutte antiterroriste menée par ses anciens frères d’armes, qui, tous les jours, exposent leurs vies pour rétablir la sécurité de notre pays. 

Le MPP reste interrogatif sur les capacités revendiquées par Monsieur Zida, qui occulte qu’il n’a pas su anticiper sur la survenue de l’attaque terroriste qui s’est produite le 16 janvier 2016 à Ouagadougou sur l’avenue Kwame N’Nkrumah, quelques jours seulement après son départ du gouvernement, alors que celle-ci semble avoir été bien préparée à l’avance.

Le MPP estime en outre que Monsieur Zida, en tant que premier ministre d’alors, et spécialiste de la question antiterroriste, aurait pu également laisser au gouvernement entrant, au nom de la continuité de l’Etat, un document référentiel de lutte antiterroriste. Des vies humaines auraient pu être épargnées.

L’administration MPP est arrivée au pouvoir sur la base de son programme politique, axé sur la promotion du potentiel humain croisant celle d’une justice indépendante pour une société de progrès.

Aujourd’hui le Burkina Faso est résolument tourné et y progresse vers l’acquisition durable d’un mieux vivre, et se méfie des projets messianiques portés par des individus aux pratiques peu recommandables quand ils étaient à la direction des affaires du pays.

Pour le reste, le MPP se démarque des accusations gratuites qui sont portées sur sa gouvernance et ne se laissera pas distraire par des gens qui nourrissent des illusions sur leur destin national.

Pour le président par intérim du parti, 

Bindi Ouoba

Porte-parole du MPP

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé