Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

POLITIQUE

Dans ce communiqué, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), via son porte parole, Bindi Ouoba, réagit aux propos tenus par l’ancien Premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida au cours d’une interview qu’il a accordé la semaine dernière à une chaîne française.

La sortie médiatique de l’ancien premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida, la semaine dernière a suscité par son contenu interrogations et surprises de la part d’un compatriote qu’on croyait connaitre son pays.

Monsieur Zida sait que le Burkina Faso qu’il a quitté il n’y a pas si longtemps, est comme le Canada, un Etat de droit, et que depuis son absence du pays, si l’Etat de droit ne s’est pas amélioré, il ne s’est pas dégradé non plus.

Le MPP au pouvoir, conformément aux valeurs qu’il a toujours défendues, a comme premier souci, le respect des droits humains, en particulier la préservation de la liberté, de la justice et de la sécurité pour tous.

A ce jour, depuis l’arrivée du MPP au pouvoir, aucun Burkinabé n’a été privé de ses droits pour des raisons politiques, d’opinions et autres. Rien que l’année dernière, le Burkina Faso a été classé cinquième pays africain respectant la liberté de la presse et quarante- unième au plan mondial, sur cent quatre-vingt pays.

Personne n’a contraint Monsieur Zida à l’exil, et il a la liberté de renter dans son pays pour faire valoir ses droits à tout moment, sauf s’il a quelque chose à se reprocher.

Le MPP s’étonne particulièrement du jugement négatif porté par l’ancien premier ministre sur la lutte antiterroriste menée par ses anciens frères d’armes, qui, tous les jours, exposent leurs vies pour rétablir la sécurité de notre pays. 

Le MPP reste interrogatif sur les capacités revendiquées par Monsieur Zida, qui occulte qu’il n’a pas su anticiper sur la survenue de l’attaque terroriste qui s’est produite le 16 janvier 2016 à Ouagadougou sur l’avenue Kwame N’Nkrumah, quelques jours seulement après son départ du gouvernement, alors que celle-ci semble avoir été bien préparée à l’avance.

Le MPP estime en outre que Monsieur Zida, en tant que premier ministre d’alors, et spécialiste de la question antiterroriste, aurait pu également laisser au gouvernement entrant, au nom de la continuité de l’Etat, un document référentiel de lutte antiterroriste. Des vies humaines auraient pu être épargnées.

L’administration MPP est arrivée au pouvoir sur la base de son programme politique, axé sur la promotion du potentiel humain croisant celle d’une justice indépendante pour une société de progrès.

Aujourd’hui le Burkina Faso est résolument tourné et y progresse vers l’acquisition durable d’un mieux vivre, et se méfie des projets messianiques portés par des individus aux pratiques peu recommandables quand ils étaient à la direction des affaires du pays.

Pour le reste, le MPP se démarque des accusations gratuites qui sont portées sur sa gouvernance et ne se laissera pas distraire par des gens qui nourrissent des illusions sur leur destin national.

Pour le président par intérim du parti, 

Bindi Ouoba

Porte-parole du MPP

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir