Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

POLITIQUE

«Depuis le lundi 4 avril 2019, le Président du Faso, SEM Roch Marc Christian KABORE a entamé des concertations avec les acteurs de la classe politique burkinabè à l’effet de préparer un dialogue politique prévu pour se tenir les 27 et 28 avril 2019. Dans cette dynamique, le Premier Ministre, SEM Christophe DABIRE, avait mené une série de rencontres avec les acteurs sociopolitiques de notre pays autour de l’ordre du jour de la réconciliation nationale. C’est dans cette démarche, que le Premier Ministre a reçu en audience à son Cabinet le 1er avril 2019, les premiers responsables de la CODER. 

La CODER salue cette amorce de dialogue politique qui doit être considérée comme  le préalable indispensable à la dynamique du processus de réconciliation nationale des Burkinabè. Elle formule le vœu que le dialogue qui s’annonce soit intégral, inclusif  et ouvert et engagé comme un processus devant conduire à la réconciliation nationale et au vivre ensemble. 

Le dialogue doit être intégral 

Notre pays traverse une crise multiforme qui ne permet pas un règlement séparé des problèmes qui se posent. Le dialogue voulu par le Président ne doit donc pas être seulement engagé entre les politiques. Il doit être intégral et s’étendre à tous les secteurs sociaux et à toutes les couches sociales de la nation pour espérer aboutir à une sortie de crise réelle. 

Le dialogue doit aboutir au processus de réconciliation nationale

Le dialogue entre les acteurs politiques ne doit pas être une fin en soi. Il doit être mené afin de permettre au pays de retrouver la cohésion sociale et l’unité nationale. Pour cela, le dialogue devra réussir à son terme à engager le processus de réconciliation entre les filles et des fils du Burkina Faso, et notre pays avec lui-même. Les acteurs devront surtout éviter la célébration d’un évènementiel politique qui n’apporterait rien à la cohésion sociale du pays. 

Le dialogue doit être inclusif et ouvert

Le dialogue doit concerner tous les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur et toutes les composantes de la société burkinabè. Les contributions de tous les Burkinabè ensemble sont essentielles au retour de la cohésion sociale dans le pays. A cet effet, le pouvoir doit également faire un geste en direction des exilés dans le sens de leur garantir un retour en toute sécurité. Le caractère inclusif du dialogue est la condition pour parvenir à la réconciliation nationale au Burkina Faso. 

La CODER réaffirme son attachement à soutenir le dialogue qui s’annonce et formule le vœu qu’il puisse engager véritablement le pays sur le chemin de la réconciliation nationale des Burkinabè, acceptée par tous comme une impérieuse nécessité et un impératif catégorique pour la construction de la nation burkinabè. 

La CODER invite les acteurs sociopolitiques à s’impliquer avec sincérité et patriotisme  pour que le dialogue en vue comble les attentes des Burkinabè pour un Burkina Faso uni, solidaire et prospère. 

Convaincue que la réconciliation nationale est la seule alternative viable pour le Burkina Faso, la CODER réitère sa disponibilité et son engagement à accompagner le processus y relatif.»

 

JUSTICE - RECONCILIATION - PAIX

Fait à Ouagadougou, le 16 avril 2019

Pour la CODER

Son Président

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’Ordre National

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé