Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

En août 2017, un camion a écrasé 4 personnes sur la circulaire

POLITIQUE

Après des accidents mortels causés par des camions dans la ville de Ouagadougou,  la mairie de la commune de Ouagadougou a pris, mardi 7 mai 2019, un nouvel arrêté portant «réglementation de la circulation et du stationnement des véhicules poids lourds dans la Commune de Ouagadougou». Désormais ces véhicules sont autorisés à circuler dans la capitale entre 22h et 5h du matin sur certains axes. Ce qui n’est pas du goût des chauffeurs routiers, qui réclament l’accès au boulevard circulaire à toute heure. Une rencontre initiée par la mairie le 21 mai 2019 n’a pas permis de concilier les positions, selon ce communiqué de la marie. 

«Dans la mise en œuvre de la politique de mobilité urbaine qui est une priorité du conseil municipal, un arrêté a été signé le 7 mai 2019 par le maire, un texte qui découle du décret pris en conseil des ministres le 22 novembre 2018.

Le 16 mai, un atelier d’appropriation de l’arrêté a été organisé à l’hôtel de ville auquel les différents acteurs de la mobilité urbaine et la sécurité routière ont pris part.

Lors de l’atelier, il est clairement ressorti le constat selon lequel, l’arrêté mérite d’être révisé pour prendre en compte les objections et amendements formulés par écrit par les différents acteurs.

Un poste de commandement opérationnel composé de la gendarmerie nationale, de la police nationale, des douanes et de la police municipale a été mis en place pour accompagner la mise en œuvre de l’arrêté, précédée d’une phase de sensibilisation, d’information et de communication. 

C’est dans l’attente de recevoir les amendements que le conseil municipal a été mis devant les faits accomplis, de voir les chauffeurs routiers, membres de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) stationner depuis hier les véhicules poids lourds aux différentes entrées de la ville de Ouagadougou.

Dans un premier temps, les auteurs de ces blocages nous ont rassurés qu’ils respectaient les dispositions de l’arrêté et attendaient les heures légales pour traverser la ville. Mais nous avons été surpris de constater après 22 heures, qu’il s’agissait en réalité d’un mouvement d’humeur.

Nous sommes entrés immédiatement en contact avec organisations des transporteurs que sont l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) et l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) pour les convier à une réunion de concertation qui s’est tenue ce matin. Cette réunion a connu la participation de l’exécutif municipal, du Directeur général de la mobilité urbaine, de la Direction générale des douanes, de la gendarmerie nationale, des polices nationale et municipale, de l’OTRAF et de l’UCRB

A l’issue de cette réunion, et en attendant de relire l’arrêté, le conseil municipal a proposé d’escorter gratuitement les camions afin qu’ils puissent traverser la ville sur les artères autorisées. Cette proposition a malheureusement été rejetée par les membres de l’UCRB, qui ont reconnu être les instigateurs des blocages et en assument la responsabilité.

Ils ont engagé ces actions parce que l’arrêté ne leur convient pas et qu’ils souhaitent sa révision séance tenante pour leur permettre d’accéder à la circulaire à toute heure. Ils conditionnent l’arrêt de leur mouvement d’humeur par la profonde révision de l’arrêté. 

Au cours de la rencontre, il est ressorti clairement que l’OTRAF n’est pour rien dans ce mouvement d’humeur et ses représentants affirment être dans la même dynamique que le conseil municipal.

En rappel, l’arrêté ne vise nullement à interdire la circulation des véhicules poids lourds, mais à interdire la traversée de la ville de Ouagadougou pendant la journée. Les forces de sécurité ont même proposé leurs services au niveau des corridors pour faciliter la planification et la fluidité de cette traversée en tenant compte des contraintes de la ville.

L’UCRB a opposé un refus à toutes ces propositions et c’est sur ce constat d’échec que nous nous sommes séparés.

Le conseil municipal espère toutefois que chauffeurs-routiers vont revenir à de meilleurs sentiments afin qu’ensemble, nous sauvegardions le vivre ensemble et la cohésion sociale.»

Le conseil municipal de la commune de Ouagadougou

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé