Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

POLITIQUE

Au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 29 mai 2019 à Ouagadougou, le Coordonnateur national du Cadre d'expression démocratique (CED), Pascal Zaïda a dénoncé, « l'impuissance et le laxisme » des autorités actuelles à faire face à la dégradation continuelle du système sécuritaire. Et il s’est également prononcé sur plusieurs sujets d’actualité.

Selon Pascal Zaïda, l’exclusion est à la base de toute dégradation sociale dans un Etat donné. S'agissant spécifiquement du Burkina Faso, le coordonnateur du CED a précisé que les terroristes ont utilisé cette faille qui est l’exclusion sociale parce que, avance t-il « nulle part au monde on peut exclure quelqu’un sur la base de son opinion politique. La vengeance n'a jamais servi de base pour atteindre un objectif social ».

De son avis, la question sécuritaire aujourd’hui a amené le MPP à voir des experts, des spécialistes afin de repousser la date des élections. Et comme argument avancé, selon toujours M. Zaïda, « le pays est envahi, donc on ne peut pas tenir les élections. Partout dans le monde entier, souligne t-il, « une crise sécuritaire n’a jamais empêché la tenue d’une élection ».  

« Si les élections ont lieu, le peuple pourrait renouveler soit sa confiance au pouvoir actuel soit sur une autre personne qui pourrait venir mettre fin à ce désordre sécuritaire. Nous sommes informés que tous les plans sont mis en œuvre pour que l’élection présidentielle n’ait pas lieu en 2020 à cause de la question sécuritaire » s'offusque M. Zaïda en insistant que, « les élections doivent se tenir coûte que coûte, vaille que vaille à la bonne date parce qu'elles sont une unique occasion pour le peuple de choisir des leaders conséquents... ».

Entre autres points abordés au cours de cette conférence de presse est la santé du Général Djibril Bassolé. A en croire M. Zaïda, le pouvoir Kaboré semble peser de tout leur poids pour empêcher que Djibril Bassolé bénéficie de soins appropriés. « Tout est fait comme si sa mort était la chose la plus souhaitée. Le Général souffre d'un cancer et pourrait succomber si des soins appropriés et spécialisés ne lui sont pas administrés rapidement. Il est inadmissible que nous en arrivons là » a déploré M. Zaïda.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé