Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

©SIG

POLITIQUE

En prélude au Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Cédéao sur le terrorisme, élargi au Tchad, au Cameroun et à la Mauritanie, le Conseil de la médiation et de sécurité, tient ce jeudi 12 septembre 2019, une session extraordinaire à Ouagadougou sur le terrorisme.

Cette session de travail va permettre au Conseil de médiation et de sécurité, d’examiner plusieurs rapports et recommandations préparés par la Commission de la Cédéao. Les documents proviennent entre autres de la réunion des Chefs d’Etat-major, des Chefs des services de sécurité et de renseignements et des acteurs civils. A l’entame de la session, monsieur Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères et de la coopération du Burkina Faso, a demandé une minute de silence à la mémoire des victimes des actes terroristes. Pour lui « l’urgence et la gravité de la situation sécuritaire et son lot de crises humanitaires en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale nous oblige indéniablement à une synergie d’actions », et pour ce faire, il appelle à une mutualisation des moyens des Etats de la sous-région, qui apparaît comme l’option la plus sure de lutte contre le phénomène du terrorisme.

S’adressant au Conseil, le Président de la Commission de la Cédéao, monsieur Jean-Claude Kassi Brou, pour sa part a rappelé les trois (03) objectifs principaux du Sommet extraordinaire de la Cédéao qui doit se tenir le 14 septembre 2019 à Ouagadougou. Il s’agit de:

 réaffirmer l’engagement ferme de notre communauté à lutter collectivement contre le terrorisme et l’extrémisme dans notre région ;

 d’évaluer et éventuellement d’adapter notre stratégie de lutte contre le terrorisme adopté en 2013 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, aux évolutions récentes tant au plan régional qu’international ;

 proposer des actions et des mesures fortes de lutte contre le terrorisme.

Pour le Président du Conseil de médiation de la sécurité, monsieur Kalla Ankourao, il faut «  à l’issue de cette session convenir d’une stratégie commune et empreinte d’urgence, assortie d’actions prioritaires en vue d’endiguer l’expansion du terrorisme dans notre région ».

A l’issue de ces travaux, le Conseil de médiation et de la sécurité sur le terrorisme adoptera un rapport final.

Service d'information du gouvernement

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé