Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

©Dr

POLITIQUE

Après un mois de pause,  l'opposition politique a animé son traditionnel point de presse ce mardi 17 septembre 2019 à son siège à Ouagadougou. Quatre sujets d'actualité étaient à l'ordre du jour. Aristide Ouédraogo du FPR et Adama Séré du RDEBF étaient les principaux orateurs du jour.

D'entrée de jeu, à l'occasion de l'an IV de la résistance au putsch manqué de 2015, une minute de silence a été observée en la mémoire des victimes. De l'évolution de la situation sécuritaire, l'opposition politique dit noter avec désolation la dégradation continue de cette situation sécuritaire dans le pays. Pour Adama Séré, président du RDEBF, les récents évènements tristes qu'a connu le nord du pays sont venus accélérés le mouvement des populations des zones attaquées. Toutefois, l'opposition salue l'élan de solidarité à l'endroit des déplacés internes mais, plaide pour la construction de camps de déplacés dans les sites où il n'y en a pas. « Cela permettra non seulement de libérer les écoles pour les élèves, mais aussi de créer de meilleures conditions la sécurité, la santé et le logement acceptable des déplacés en attendant des solutions à moyen et à long terme » a précisé M. Séré. 

En vue d'apporter une réponse endogène à la crise sécuritaire, la Cédéao s'est dotée d'un plan d'actions d'un milliard de dollars US. Sur la question, l'opposition salue l'initiative et souhaite que, précisément au Burkina, « l'argent soit effectivement investi dans la formation et l'équipement des FDS et non dans les poches d'individus ».

Parlant de la grève du Syndicat national de la santé humaine et animale (Syntsha) et d'autres syndicats de la santé entamée depuis le 27 novembre 2018, les conférenciers estiment que cette grève a entrainé une crise profonde du système sanitaire avec des conséquences dévastatrices sur les patients et sur toute la population. Ils en veulent pour preuve la saturation des blocs opératoires des CHU des villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso à cause du nombre élevé d'évacuations sanitaires locales et en provenance des autres provinces. Au regard de ce qui précède, l'opposition demande aux acteurs concernés de privilégier le dialogue pour trouver une issue à cette crise. Pour cela, elle indique qu'il est nécessaire que le gouvernement respecte ses engagements et que les travailleurs de la santé suspendent ou, tout au moins, allègent leur mot d'ordre de grève. 

S'agissant de l'état de santé de Djibril Bassolé qui a écopé de 10 ans de prison ferme dans l'affaire du putsch manqué de 2015, l'opposition demande aux autorités burkinabè de lui permettre d'aller se soigner. « Nous respectons la décision de justice, mais nous respectons tout aussi le droit à la vie et le droit à la santé qui sont des impératifs humanitaires. Dans un contexte de profonde crise sociale, si le pire advenait à M. Bassolé parce qu'on l'empêche d'aller se soigner, le tissu social s'en trouverait davantage fragilisé » préviennent les conférenciers.

Pour ce qui est de la répression de la marche meeting de l'Union d'action populaire (UAP), pour l'opposition, au regard des revendications qu'elle juge légitimes, les autorités n'avaient pas de raison d'empêcher cette manifestation estimée « inopportune par le pouvoir en place ». Et pour les conférenciers, c'est une fuite en avant. « Le MPP lui-même mène quotidiennement des activités politiques au Burkina et hors du Burkina malgré l'insécurité. Des cas de détournements sont enregistrés, malgré l'insécurité. Donc, ce ne serait pas une manifestation pour exiger la sécurité qui serait inopportune » a conclu Adama Séré le principal orateur du jour.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir