Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

POLITIQUE

A partir du 1er novembre 2019, dans trois jours précisément, le Burkina Faso va basculer dans la Télévision numérique de terre(TNT). Dès cette date, le signal de l’analogie sera coupé au profit de celui du numérique.

Pour évoquer une fois de plus la question, le ministre en charge de la Communication, porte-parole parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a reçu des journalistes de la RTB télé et radio dans la soirée du mardi 29 octobre 2019.

Face aux hommes des médias, il a notamment expliqué les enjeux du passage à la télévision numérique et lancé un message aux médias burkinabè.

Passage obligé pour l’ensemble des pays, la TNT demeure, dit-il, une chance pour les médias burkinabè d’avoir des contenus de qualité et diversifiés, avec des options de couverture nationale ou régionale du territoire sans oublier le passage à la 4G.

Pour accompagner les médias qui auraient pu faire face à des grosses sommes d’argent pour le financement, le gouvernement burkinabè, appuyé par ses partenaires, a consenti de nombreux efforts.

En termes de chiffres, un média qui envisage une couverture intégrale du territoire aura à débourser annuellement 75 millions de FCFA. Pour ce qui est des couvertures régionales, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso se distinguent des autres régions. Pour la diffusion à Ouagadougou, la présence d’un média sur la TNT lui coûtera 40 millions de FCFA l'an tandis qu’à Bobo-Dioulasso, il aura à payer 20 millions de FCFA. Et c’est ainsi dégressif en fonction de la taille de la zone de diffusion.

Les médias confessionnels ou communautaires, quant à eux, pourront bénéficier de réduction de 20% sur les montants imposés aux autres types de médias.

Pour permettre à la SBT de fonctionner correctement et d’assurer la continuité de son service, Rémis Dandjinou a invité les médias à respecter leurs engagements.

Il les a également exhortés à s’investir dans la production de contenus de qualité et attractifs afin de gagner la bataille du contenu liée à la concurrence du numérique.

DCPM/Ministère de la Communication et des

Relations avec le Parlement 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir