Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) s’est éteint mardi, de suite de Coronavirus.
Coronavirus: le Niger a enregistré jeudi 19 mars 2020 son premier cas d'infection (ministère de la Santé du Niger). 
Coronavirus: le parlement burkinabè suspend les plénières à l'hémicycle jusqu'au 1er avril 2020.         
Covid-19: une quinzaine de députés français sont contaminés à ce stade. Ce chiffres est peut-être sous-estimé. 
Coronavirus: le Bénin enregistre son premier cas: un Burkinabè arrivé au Bénin le 12 mars 2020.
Covid-19: les syndicats suspendent la marche meeting du 17 mars, mais maintiennent la grève générale du 16 au 20 mars. 
Coronavirus: 15 cas avérés détectés au Burkina Faso à la date du 15 mars 2020 (ministère de la Santé). 
Covid-19: le gouvernement ferme les écoles du Burkina du 16 au 31 mars 2019. 
Mali: la Canadienne Edith Blais et l’Italien Luca Tacchetto enlevés au Burkina Faso en 2018 retrouvés vivants près de Kidal (Minusma). 
Coronavirus: un troisième cas avéré au Burkina Faso, 7 prélèvements en attente de résultats (ministre de la Santé)

image d'archives

POLITIQUE

Ceci est le message de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à l’occasion du 5e anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2019. Le parti d’opposition accuse le MPP, le parti au pouvoir et ses alliés d’avoir trahi la lutte et les idéaux de l’insurrection populaire.

Citoyennes et citoyens burkinabè, 

Ces 30 et 31 octobre 2019, nous commémorons l’An V de l’Insurrection populaire de 2014. En cette date anniversaire de la victoire du peuple, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), parti ayant conduit la lutte, a une pensée pieuse à l’endroit des martyrs des événements. 

L’UPC a également une pensée de compassion à l’endroit des blessés, et de toutes les autres victimes de l’Insurrection, quels que soient leurs bords. 

Frères et sœurs Burkinabè, 

Cinq ans après l’Insurrection, il n’y a toujours pas de justice pour les victimes. L’UPC interpelle à nouveau la Justice burkinabè et le Pouvoir en place sur l’impérieuse nécessité de rendre justice aux camarades tombés sur le champ d’honneur. 

Fils et filles du Burkina Faso, 

La commémoration de l’An V de l’Insurrection a lieu dans un contexte très difficile pour notre pays, au triple plan sécuritaire, socio-économique et politique. Nos camarades insurgés qui étaient avec nous sur les barricades, et qui entonnaient le slogan « plus rien ne sera comme avant », ont trahi la lutte et les idéaux de l’Insurrection. En matière de pillage des ressources publics, de favoritisme, d’impunité, d’arrogance et de mal-gouvernance, ils battent le record historique. 

Cela doit-il nous emmener à regretter l’Insurrection ? Assurément non ! Il faut regretter plutôt que ces camarades du MPP et alliés n’aient pas tiré leçon de l’Insurrection à laquelle ils ont participé, et qu’ils aient transformé le Burkina en « Burkinistan ». Il faut plutôt regretter le fait que le peuple ait élu ceux qui ont atteint leur limite en matière de gouvernance. 

Chers compatriotes, 

L’un des grands enseignements de l’Insurrection, c’est la construction d’un Etat-nation, la promotion de l’alternance, de la démocratie et de l’intégrité. En effet, les 30 et 31 octobre 2014, des millions de citoyens de toutes les couches sociales, de toutes les régions, de toutes les ethnies et de toutes les religions, sont sortis massivement pour dire « non » au pouvoir à vie et à la mauvaise gouvernance. 

L’UPC, en tant qu’actrice principale de l’Insurrection, ne menait pas la lutte contre des individus, mais contre un système. De ce fait, ce qui opposait notre parti au pouvoir de Blaise COMPAORE ne saurait être une inimitié, encore moins une éternelle inimitié. 

Aujourd’hui, cinq ans après l’Insurrection, l’UPC est à l’Opposition avec des partis de l’ancien régime, le parti de certains dirigeants de la Transition, et plusieurs autres partis insurgés. Par ailleurs, notre parti n’entretient aucune haine envers le MPP et ses alliés. 

Peuple du Burkina Faso, 

Tous conviennent aujourd’hui que notre pays a urgemment besoin de réconciliation, pour sortir du cercle vicieux de la vengeance, de la division et de la violence. L’UPC, comme au temps de l’Insurrection, est le parti capable de rassembler les Burkinabè de tous bords, d’apaiser les cœurs, de solder le passif sans passion, et de reconstruire notre pays dans la paix et l’intégrité légendaire de nos aïeux. 

Hommage aux martyrs de l’Insurrection populaire !

Vive le Peuple victorieux du Burkina Faso ! 

Ouagadougou, le 30 octobre 2019

Pour le Bureau exécutif central de l’UPC,

Le Vice-Président chargé des questions politiques

Adama SOSSO

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Lors d'un échange direct avec les femmes venues des 13 régions du Burkina le 8 mars 2020 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que le prochain gouvernement sera composé de 30% de femmes. Selon vous, c'est une décision:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé