Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a présidé en milieu de matinée de ce jeudi 31 octobre 2019, sur le site du monument des héros nationaux, la cérémonie d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire et du putsch manqué de septembre 2015.

Après le dépôt de la gerbe de fleurs, le président Kaboré a appelé les fils et filles du Burkina Faso à rester unis et soudés, comme ils l’ont été les 30 et 31 octobre 2014, cette fois pour combattre le terrorisme.

« L’insurrection populaire a été une étape importante de la vie de notre pays. Il est donc tout à fait normal qu’à l’occasion de cet anniversaire, nous ayions une pensée pieuse pour tous ceux qui sont tombés pour cette victoire du peuple », a déclaré le président du Faso. Cette insurrection, selon le chef de l’Etat, a scellé la victoire du peuple burkinabè contre « la position définitive que certains voulaient garder à la présidence, le non-respect des engagements constitutionnels et pour la nécessité d’assurer à notre pays, une alternance politique qui permette de consolider la démocratie et le développement ».

Pour le président du Faso, il s’agit cependant d’une victoire d’étape dans la longue marche du peuple burkinabè vers la liberté, la paix, la sécurité et le développement, car depuis plus de quatre ans, le pays est confronté à des attaques terroristes sur fond de velléités de déstabilisation. Le président Kaboré a donc lancé un appel à l’unité de tous les burkinabè : « il faut que nous restions soudés par rapport à l’hydre terroriste qui a commencé à faire feu sur notre pays. C’est un combat de longue haleine. Nous devons rester débout » a-t-il déclaré. Il s’agit d’un « message de courage, un message de solidarité, un message qui appelle à l’unisson car le pays est attaqué. Je suis certain qu’ensemble, comme par le passé, les Burkinabè feront honneur à leur pays et que nous pourrons revivre dans une certaine paix et une certaine sérénité » a poursuivi le président du Faso.

« C’est cette unité-là qui nous a permis de sortir les 30 et 31 octobre 2014 pour résoudre la situation que vivait notre pays », a conclu le président Roch Marc Christian Kaboré, convaincu qu’il s’agit là de la seule alternative pour venir à bout du terrorisme.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir